éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Librairie Atout Livre


Contacter ce libraire
Le site de la librairie

Librairie Atout Livre
203 bis, avenue Daumesnil
75012 Paris
01 43 43 82 27
voir le plan
HORAIRES D’OUVERTURE
Du lundi au samedi de 10h à 20h
Superficie : 280 m²
Références : 26 800 titres
Auður Ava Ólafsdóttir
Rosa candida
« Tendre mais jamais mièvre, un peu mélancolique, parfois drôle, voici un roman d'apprentissage où un tout jeune homme prend son envol et apprivoise dans un parcours singulier la paternité et l'amour. Une lecture merveilleuse, toute en nuances ! » Anne Marie Marchand




Daniel Morvan
Lucia Antonia, funambule
Lucia Antonia, jeune funambule, consigne dans de courts fragments, sa vie dans le petit cirque fondé par son arrière-grand-père. La lecture de ce roman nous offre probablement l'unique chance de nous promener sur un fil : une écriture toute de grâce et de délicatesse. Cécile Juignet




Makenzy Orcel
Les Immortelles
« Premier roman haïtien, les Immortelles dépeint le monde poisseux des prostituées de Port-au-Prince, à l'époque du tremblement de terre qui a ravagé la ville en janvier 2010. D'une écriture ardente et furieuse, Makenzy Orcel se fait le porte-parole d'une de ces femmes, desespérée par la mort de sa protégée : Shakira, dite "la petite". Le portrait puissant et douloureux d'une jeune fille éprise de littérature, devenue putain magnifique au destin fulgurant? »




Razvan Radulescu
La Vie et les Agissements d’Ilie Cazane
« Qu'ont en rapport Ilie Cazane père et fils, si ce n'est que l'un a la main verte et l'autre un génie particulier pour le bricolage raté ? Bien sûr, ces deux hommes aux capacités extraordinaires s'attachent la sympathie de leurs voisins, mais s'il est un homme qui s'arrache les cheveux devant un tel spectacle, c'est le camarade colonel Chirita : Pragmatique et juste, il doit pourtant mener jusqu'à l'absurde une enquête sur les causes d'un tel phénomène, car la production de tomates géantes n'est pas pour plaire en plein règne de Ceausescu... Razvan Radulescu nous livre une fable désopilante inspirée par le régime autoritaire de son pays, lisez ce roman plein d'inventions et de drôleries ! »

Cécile Juignet




Jean-Marie Blas de Roblès
La Mémoire de riz
« Ce recueil de nouvelles de Jean-Marie Blas de Roblès (prix de la Nouvelle de l'Académie Française en 1982) est un formidable cabinet de curiosités ! Princes, pêcheurs, reliques saintes et animaux empaillés d'Orient et d'Occident : savourez l'art baroque de Blas de Roblès avec ces miniatures saisissantes qui annoncent le succès de Là où les tigres sont chez eux

Nathalène Goossens




Ricardo Piglia
Argent brûlé
« L’Argentine militarisée et déliquescente des années 60, une bande de gouapes farouches et romantiques, une police brutale et semi-mafieuse... mettez le feu aux poudres et ça donne un braquage branque et tragique.
Tirant le meilleur parti de ce fait divers qui a défrayé la chronique à Buenos Aires en 1965, Piglia nous plonge dans la mythologie de la violence sud-américaine. »

Quentin Schoëvaërt-Brossault




Pascal Garnier
Comment va la douleur ?
« Un petit chef-d’œuvre d’humour noir ! »

Florence Lorrain




Jean-Marie Blas de Roblès
Là où les tigres sont chez eux
« Tous ces personnages (et tant d’autres encore), inoubliables, insaisissables, tourbillonnent dans notre imaginaire longtemps après avoir refermé le livre.
En quête de vérité, de justice, d’identité, ils nous livrent de page en page leur histoire.
D’aventures en mystères, nous parcourons le Brésil, une terre foisonnante où finalement il semblerait que seuls les tigres, paisibles, soient chez eux.
Ne passez pas à côté de ce merveilleux roman, sans doute l’un des plus beaux qui soient. »

Sandrine Ziri




Pascal Garnier
La Théorie du panda
« On retrouve la fine écriture de Pascal Garnier, son humour déroutant, son art du dialogue, son empathie pour ses personnages, tout ce qui fait que la parution de chaque nouveau livre est une fête. La Théorie du Panda confirme, si besoin était, son immense talent, écrit très justement son éditrice Laure Leroy. Rappelons que Pascal Garnier fut récompensé par le Grand prix de l’humour noir en 2006 pour Flux (Zulma). Mais laissons lui les mots de la fin avec un court extrait de La Théorie du Panda : "— Qu’est-ce que vous allez faire à présent que vous êtes riche ? — M’emmerder comme un riche. Comme un pauvre j’ai déjà donné." »

Florence Lorrain




Marcus Malte
Garden of love
« Labyrinthe, jeu de miroir, construction étourdissante, le texte de Marcus Malte est une gageure. Avec le premier chapitre il nous prend doucement par la main et nous invite à le suivre (ce que nous faisons sans hésiter) mais c’est pour mieux nous perdre par la suite, à mesure que l’on tourne les pages on s’égare, on perd nos repères, les questions surgissent : mais qui est qui ? Qui dit "je" ? L’auteur nous distille alors avec parcimonie quelques indices qui nous permettent d’avancer dans l’histoire, à la manière du flic Alexandre Astrid, à tâtons.
Marcus Malte est un virtuose, il joue avec nous, lecteurs, au chat et à la souris, on se prend au jeu avec délectation !
Un roman noir qui vous coupe le souffle, vous fait perdre la tête, une lecture inoubliable. »

Marie-Pierre Charles




Maurice Dekobra
Macao, enfer du jeu
« Un roman tout aussi prenant que La Madone des Sleepings : humour, aventure, un rythme et une écriture qui vous tiendront jusqu’au bout ! »

Florence Lorrain




Maurice Dekobra
La Madone des Sleepings
« Formidable succès des années folles, La Madone des Sleepings (1925), qui était épuisé depuis longtemps, n’a pas pris une seule ride, et nous enchante de la première à la dernière page ; un roman d’aventure plein de suspens et de rebondissements inattendus, drôle et joyeux, et l’on comprend d’autant mieux que Tonino Benacquista s’en soit librement inspiré, quelques décennies plus tard, pour l’un de ses meilleurs romans : La Maldonne des Sleepings. »

Florence Lorrain