éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

La Soupe de l'espace


Contacter ce libraire
Le site de la librairie

La Soupe de l'espace
9, avenue des Îles d'Or
83400 Hyères
04 94 66 84 03
voir le plan
HORAIRES D’OUVERTURE
Du mardi au samedi : 10h/12h30 et 14h30/19h
Jean-Marie Blas de Roblès
Le Rituel des dunes
Être libraire, c’est lire des dizaines de livres, et surtout des nouveautés avouons-le : il est parfois difficile de s’accorder le temps d’un livre sorti il y a deux, cinq, dix ou cent ans. Et donc il y a des lacunes qu’on brûle de combler. Parmi les miennes, il y avait Jean-Marie Blas de Roblès, qui m’a été recommandé tant par des lecteurs que des collègues, tous plutôt dithyrambiques. Alors, ni une ni deux, lorsqu’un nouveau livre signé de sa main est paru, je me suis lancée dans l’aventure ! Car pour une aventure, c’en est une belle. On est en Chine, avec deux expatriés, Roetgen et Bervely. Roetgen rencontre Beverly. Non seulement elle est américaine, repère occidental mais exotique dans une Chine dépaysante, mais en plus, âgée de 20 ans de plus que lui, elle semble avoir vécu mille vies. C’est ce qu’on lui a dit d’elle et il ne lui en a pas fallu beaucoup plus pour que ça l’intrigue et le fascine, notre jeune Roetgen (et nous pareil d’ailleurs). Il se trouve d’ailleurs qu’il écrit un peu, et, entre leurs nuits torrides, elle va lui demander de la distraire avec ses histoires pendant qu’elle lui livrera des bouts de sa vie. Les récits de Roetgen sont légèrement invraisemblables, ou en tout cas confinent à l’absurde, mais jamais autant que les aventures de Beverly. Du coup on se retrouve avec entre les mains l’histoire de ces deux personnages, l’un d’abord fébrile puis inventif puis lassé, l’autre aventureuse ou mythomane ou complètement folle. On devient lecteur-jongleur, parce que dans la fiction même on se retrouve à démêler le vrai du faux ou alors non, finalement on ne va rien démêler du tout parce que c’est là tout l’intérêt des histoires qu’on se raconte avant d’aller dormir non ? En tout cas, Jean-Marie Blas de Roblès est un conteur hors-pair, virtuose de la narration. C’est un régal !




Einar Már Guðmundsson
Les Rois d’Islande
« En Islande, il n’y a pas vraiment de nom de famille : on prend le prénom du père, auquel on accole "-sson" si c’est un garçon et "-dóttir" si c’est une fille. Les Knudsen font donc figure d’exception, avec ce nom qui traverse les générations. La population islandaise est ainsi faite qu’elle compte des grandes lignées. Leur renommée est d’autant plus grande que l’île est petite, et les Knudsen, tout le monde les connaît. Ils sont le symbole de la réussite. […] Ils ont exercé dans tous les domaines : la pêche, la banque, les arts… L’idiot du village était un Knudsen, l’hôtesse de l’air aussi, et puis cette reine de beauté qui a déménagé aux États-Unis, elle aussi était une Knudsen. Il y a eu des Knudsen nazis, même si en général ils adhéraient plutôt au "Parti", et que les plus jeunes étaient anarchistes. Les Knudsen règnent sur la petite ville de Tangavík, port de pêche qu’ils ont contribué à enrichir.
Le narrateur est allé à l’école dans ce village et il y a rencontré Arnfinnur Knudsen, qui est au centre de notre roman, comme s’il était le point charnière de la lignée entière. À partir de lui, on explore ses ascendants, ses descendants, ses cousins… On butine, on saute d’un personnage à l’autre, car des anecdotes à raconter, il y en a une tripotée. La narration peut sembler décousue mais l’on est jamais perdu (même avec ces noms imprononçables !). C’est absolument jubilatoire et surtout totalement dépaysant. Car, à travers les Knudsen, c’est une fenêtre sur la culture et l’histoire islandaise que nous ouvre l’auteur, lauréat de plusieurs prix littéraires. Avec ce roman, […] vous passerez un excellent moment, voyagerez dans ce pays qui ne ressemble à aucun autre, et vous amuserez avec le narrateur des affres des Knudsen, qui sont bien, en définitive, les rois d’Islande. »