éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Littérature latino-américaine


  Tous     Grands formats     Livres numériques     Poches Z/a

trier par   Date de parution   Auteur   Titre

Ricardo Piglia
Argent brûlé

Traduit de l’espagnol (Argentine) par François-Michel Durazzo
Nouvelle traduction
Entre septembre et novembre 1965, Buenos Aires et Montevideo sont le théâtre d’un spectaculaire braquage de banque. Ce fait divers défraye alors la chronique...




David Toscana
L’Armée illuminée

Roman traduit de l’espagnol (Mexique) par François-Michel Durazzo
Partez à la conquête de Fort Alamo, à la tête d'une armée loufoque de cinq adolescents simplets. Du grand art romanesque, servi par une verve désopilante et pleine d'ardeur.




Enrique Serpa
Contrebande

Roman traduit de l’espagnol (Cuba) par Claude Fell — Présenté par Eduardo Manet
Dans les années vingt à Cuba, la contrebande d’alcool est bien plus lucrative que la pêche au mérou. C’est donc sans mal que Requin, capitaine de la Buena Ventura, persuade l’armateur de miser tout ce qui lui reste sur un voyage vers les États-Unis.




David Toscana
El último lector

Roman traduit de l’espagnol (Mexique) par François-Michel Durazzo – Prix Antonin Artaud France-Mexique
Dans le petit village d’Icamole, Remigio découvre le corps d’une fillette inconnue… Entre réalisme et fantastique, une réflexion virtuose sur les enjeux de la fiction, par l'un des auteurs mexicains les plus inventifs de sa génération. Jubilatoire.




Eduardo Antonio Parra
Les Limites de la nuit

Nouvelles traduites de l’espagnol (Mexique) par François Gaudry
En neuf nouvelles haletantes, Eduardo Antonio Parra nous offre une manière de roman à épisodes consacré à la nuit mexicaine, tragique et infiniment solitaire, des prostituées, des cholosou coyotes de rue, et des noceurs invétérés.




Vanessa Barbara
Les Nuits de laitue

Roman traduit du portugais (Brésil) par Dominique Nédellec
Prix du Premier roman étranger 2015

Une machine à fiction pleine de fantaisie et de malice, animée par les facéties involontaires d’une poignée de personnages tous plus excentriques les uns que les autres.





Mayra Santos-Febres
Sirena Selena

Roman traduit de l’espagnol (Porto Rico) par François-Michel Durazzo
Sublime diva des quartiers gays de Porto Rico, Sirena Selena ensorcelle. Miss Martha Divine, propriétaire du Danubio Azul, a de grandes ambitions pour son protégé : elle en fera la star des palaces de Santo Domingo, et pourra enfin s’offrir son ultime chirurgie… Un roman cru, extravagant, émouvant.




David Toscana
Un train pour Tula

Roman traduit de l’espagnol (Mexique) par François-Michel Durazzo
Avec Un train pour Tula, le réalisme baroque de Toscana nous entraîne une fois de plus dans un labyrinthe de fausses pistes et d’authentiques chausse-trapes.




Ricardo Piglia
La Ville absente

Roman traduit de l’espagnol (Argentine) par François-Michel Durazzo
Une époustouflante enquête sur Elena, mi-femme mi-machine, qui produit des récits à l’infini.






Eduardo Antonio Parra

Eduardo Antonio Parra s’inscrit avec virtuosité dans la grande littérature mexicaine des Juan Rulfo et Carlos Fuentes. Ses nouvelles se situent dans la région frontalière du Nord, le long du Río Bravo (qu’on appelle Rio Grande côté gringos), avec des villes comme Ciudad Juárez, réputée être l’une des plus dangereuses au monde, ou à Monterrey, d’où il est originaire, et « qui engendre, écrit-il, des animaux nocturnes assoiffés de sang ». Prix Antonin Artaud 2009.