éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Coups de cœur des libraires


L'Arbre à Lettres Bastille
« Hubert Haddad nous transporte dans un univers sensuel et fabuleux, indéniablement beau et brutal. Et comme toujours c'est sublime. » Christophe Gilquin
Librairie L'Amandier
« Magnifique !! » Julie Bacques
Librairie Ravy
« Hochéa Meintzel est un violoniste israélien reconnu mondialement. Il ne peut plus, ne veut plus vivre dans le climat de violence de son pays. Aussi décide t-il de rester en Inde après une série de concerts. Hubert Haddad signe ici le portrait d'un homme épuisé par la violence des siens mais aussi un roman de rencontres, de découvertes d'un pays : les senteurs, les couleurs, les paysages variés de l'Inde. Un magnifique dépaysement ! »Valérie
La Maison jaune
« Beau et poignant. Un texte poétique où la musique des instruments ou de la foule est omniprésente. »
Le Comptoir des mots
« Evadez-vous dans l'atmosphère exotique, colorée et bruyante de l'Inde, pays aux rencontres surprenantes enfantant des récits aux faux airs de milles et une nuits… » Marie Morel
La Baignoire d’Archimède
« Magnifique roman élégiaque, sensoriel et philosophique. » Elodie
Librairie Prado Paradis
« Dans une langue somptueuse Hubert Haddad écrit à nouveau un roman sensoriel et porteur d'un message profond. Le personnage de ce musicien virtuose fait figure d'un sage porteur d'une réconciliation possible. » Céline
Librairie Garin
« Hubert Haddad nous emmène cette fois-ci en Inde, où Hochéa Meintzel, un vieux musicien israëlien, va tenter de trouver le chemin de la guérison loin des troubles qui agitent son pays. Une quêtre spirituelle et initiatique doublée d'un voyage sensoriel sans pareil. Un grand Hubert Haddad ! ».
Librairie 47° Nord
« Hubert Haddad fait une fois de plus voyager son lecteur, de Jérusalem à Pondichéry cette fois-ci. Hochéa Meintzel, violoniste israélien reconnu mondialement se rend à un festival de musique en Inde du Sud. Hanté par un attentat dans sa ville d'origine il se laisse toucher par un autre pays, des rencontres, des couleurs, des odeurs…» Marie Nawrot
La Librairie Générale
« Hubert Haddad, depuis longtemps, écrit avec bonheur dans une langue poétique qui emporte en Inde, notamment, mais aussi vers un monde constitué de sons et d'odeurs où l'on se perd délicieusement, où l'on s'enivre aux côtés d'un certain Hochéa Meintzel, violoniste de son état. Probablement que Premières neiges sur Pondichéry s'échappe du registre romanesque habituel, la prose magique de l'auteur, érudite et bâtie sur la perception plus que sur la vision, s'enrichit sans cesse d'un vocabulaire voguant sur la sonorité de termes indiens et juifs qui composent cet exotisme, certes déroutant, mais d'un incomparable enchantement. »
Librairie Lamartine
Lu et approuvé par Gina.
Librairie La Buissonnière
« On s'émerveillera toujours de la fabuleuse et envoûtante prose romanesque de Hubert Haddad, un ravissement qui conduit le lecteur de Jérusalem à Pondichéry en compagnie d'Hochéa Meintzel, vieux violoniste virtuose. Dans un éclatement d'odeurs, de couleurs, de sonorités et de paysages, ce voyage sans retour en Inde est aussi un voyage intérieur sur les blessures anciennes, un voyage fait d'émotions et de rencontres, un voyage qui permet de renouer le fil de la vie à un fabuleux passé ancestral. Merveilleux ! » Manuel Hirbec
Librairie Decitre
« Un splendide roman sur l'identité qui convoque les notion d'exil, de deuil et de perte mais aussi sur les sens. Le lecteur et le personnage principal sont envahis par une délicieuse cohorte de sons, d'images et de sensations. Un vrai prodige littéraire ! J'ai adoré ! » Florian