éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightsNewslettercontact

EssaisIntranQu’îllitésNumériquecéytu

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Coups de cœur des libraires


Librairie Mollat
« À tous ceux qui se lamentent sur le supposé manque d'ambition du roman français contemporain, on aura la forte envie de les diriger sans retard vers l'œuvre de Jean-Marie Blas de Roblès qui prouve, à chacune de ses parutions et avec brio, que croire aux puissances de l'imaginaire peut engendrer de tonitruantes réussites romanesques en même temps que provoquer un fameux plaisir à ses lecteurs. Pour preuve, son tout nouvel opus L'ÎLE DU POINT NÉMO, 450 pages de bonheur littéraire et de folie narrative sur fond d'érudition joueuse et de références assumées. Ne demandez pas à votre libraire de vous résumer l'histoire, il vous donnerait le tournis, mais écoutez-le lorsque, avec ferveur et un rien d'agitation fébrile, il vous fera miroiter l'excentrique aventure de personnages – l'un s'appelle Holmes (John Shylock…), un autre Cyrus Smith ; on y croise un mulâtre aussi brillant que discret, un opiomane génial et son ancienne passion, beaucoup d'unijambistes, des freaks en grand nombre, un inspecteur odieux - à la recherche d'un énorme diamant et traversant le monde, en train, en dirigeable, en bateau, voire en submersible, pour contrer les plans de l'immonde Enjambeur Nô et découvrir le mystérieux Point Némo, ce lieu perdu en mer le plus éloigné des côtes. Mais Blas de Roblès n'est pas seulement un conteur doué qui transmet son plaisir de raconter en réveillant nos vieux démons ou nos anciennes lectures, c'est aussi et surtout un romancier contemporain qui ne fait pas son deuil de la complexité narrative et entremêle avec virtuosité plusieurs intrigues en faisant exploser les conventions temporelles, nous donnant là le sentiment de baigner dans l'univers XIXe d'un Jules Verne avant de basculer ici dans l'ère des liseuses et de l'informatique au pouvoir. Riche de cette idée que “tout livre est l'anagramme d'un autre”, il avance que l'écriture implique d'y hasarder sa propre vie, au risque de perdre, tel le véritable héros de ce livre fou, Arnaud, qui pour l'amour de sa belle endormie, lui invente une histoire comme on le faisait du temps où, dans les manufactures de tabac, on lisait à haute voix pour des ouvrières passionnées. Car si le livre est une ode à la générosité, qu'elle soit littéraire ou simplement humaine, une diatribe musclée contre les tentations folles du monde moderne et des affamés de pouvoir qui se dissimule dans cette tapisserie de Bayeux de l'aventure, c'est avant tout une formidable déclaration d'amour à la littérature et à ses géants qui ne devraient jamais cesser d'être nos fantômes les plus familiers. Stevenson avançait en son temps que la fiction est à l'adulte ce que le jeu est à l'enfant. L'ÎLE DU POINT NÉMO en est une parfaite et géniale illustration. C'est un pari excitant qui ne manque jamais de verve ni de sel et de poivre, voire de piment fort : on en ressort ému et heureux. C'est dire s'il est réussi. » David Vincent