éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Coups de cœur des libraires


La Boîte aux lettres du cimetière
Librairie Quai des Brumes
« C'est en ouvrant son livre avec l'histoire d'une porte, une porte qui devient table une fois sortie de ses gonds, pour accueillir une dizaine de clandestins républicains de Catalogne rassemblés autour du père, que Serge Pey nous invite à déguster sa prose savoureuse. Ce livre se compose comme une mosaïque de récits d'enfance, un kaléidoscope de souvenirs d'un fils de réfugiés espagnols, observés au prisme de l'imaginaire enchanteur du grand poète toulousain. C'est avec son regard d'enfant que le narrateur dévoile les secrets de la famille, un père aux crachats abjurateurs qui ouvrent néanmoins vers des mystiques impensables, une maman dont la claudication la rattache à jamais aux humiliations urinaires des religieuses, et une soeur hébergeant toutes les poupées éclopées et amputées qu'elle rencontre, pour partager depuis qu'elle n'a plus de cheveux, sa condition de paria.C'est une enfance révolutionnaire que Serge Pey nous conte puisqu'on pouvait aller boire des bières Wittgenstein au café de l'Etoile rouge, et le médecin de l'hôpital Varsovie, si prompt à retirer les amygdales, ne s'appelait-il pas Fidel Castro? C'est aussi l'histoire d'une enfance où bêtes et humains partagent la promiscuité de leurs destins, vulnérables ensemble à la banale jouissance qu'éprouvent certains à faire le mal. C'est enfin une enfance aux espérances en poste restante, que le poète déplie attentivement comme les courriers plein de doléances parvenant dans la boîte aux lettres qui trône au dessus de la tombe du grand Machado à Collioure. C'est avec des mots comme des soleils dans les nuits de l'enfance, que Serge Pey nous invite à naviguer de nos souvenirs à nos espoirs, une fois le livre refermé. » Olivier
La Fabrique à rêves
« Dans cet opus hanté par la guerre civile d'Espagne qui a marqué son enfance, Serge Pey tel un chaman invoque la poésie. Une poésie à la fois étrange, simple sans rimes ni strophes, "une poésie qui défait les noeuds de la pensée". Une poésie révolutionnaire "une poésie qui n'aime pas la poésie." révélée comme maxime. Voilà, le décor est posé, la magie peut glisser maintenant dans la musique des mots et le silence des phrases. L'invisible est visible, les choses s'animent, les morts s'incarnent, le monde s'inverse. Nous suivons Serge Pey enfant puis adulte dans la progression de plus de 30 courtes nouvelles tour à tour cruelles, drôles, cocasses et touchantes mêlant l'intime au politique, celui-ci parfois traité de manière burlesque. Les récits ainsi peuplés d'images surréalistes sont comme des tableaux vivants. Nous faisons la connaissance de son père, maître des belles leçons de choses de la vie , un philosophe qui va transmettre son goût de la poésie dans une ancienne porcherie tranformée en école. Sa mère courageuse et silencieuse “la bouche remplie d'épingles”, allusion à son métier de couturière. D'autres personnages, tous non conformistes figurent dans ce récit : sa tante appelée l'hirondelle, Chucho qui approche les grillons pour imiter dans une flûte leur son strident (le chant de la guerre), Le Chien (astronome érudit), Pua, poète bohème et Turco à la mystérieuse bibliothèque où les livres se doublent. Chaque nouvelle est remplie de symboles sur la vie, l'espérance (LA BOÎTE AUX LETTRES DU CIMETIÈRE), la résistance avec l'image du saumon qui sait user de son observation et de la puissance de la cascade pour nager à contre-courant. De beaux passages parlent de la littérature et du pouvoir des livres "Quand nous lisons un livre, c'est souvent le livre qui nous lit. C'est pour cela qu'il nous faut deux livres,car l'un garde ce qu'il a volé de nous, et l'autre ce que nous lui avons pris". "Le véritable lecteur du livre est ce livre fermé, et nous devons devenir ce livre pour le lire". Et sur ce qu'est la poésie "la poésie est une expérience de la langue qui se fait corps et d'un corps qui se transforme en langue". La lecture est très agréable et linéaire, les nouvelles s'enchaînent les unes aux autres de manière naturelle, sans cassure. J'aime reprendre dans le texte le symbole de la porte comme lieu de passage qui transformée en table pour accueillir tous les invités un jour de mai devient objet d'expériences nouvelles et d'apprentissage. » Zakuro