éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Coups de cœur des libraires


Librairie Saint-Christophe
« Depuis ROSA CANDIDA, son premier roman traduit en français, Auður Ava Ólafsdóttir nous promène dans ses mondes imaginaires. Dans L'EXCEPTION, elle nous entraîne avec Maria, son héroïne, dans les méandres d'une vie de couple bien peu ordinaire. Quand Floki, son mari, lui annonce qu'il la quitte pour vivre avec son associé qui s'appelle…Floki, Maria tente de remonter le fil des onze années de vie commune, aidée en cela par sa voisine Perla, naine, nègre d'auteur de romans policiers, conseillère matrimoniale à l'occasion, ce qui lui permet d'émettre avis et hypothèses sur le futur de l'existence de Maria. Quand vous rajouterez à tout ceci que le père biologique de Maria débarque en Islande pour rencontrer sa fille et y mourir, vous comprendrez qu'il y a ici déjà assez de substance pour tricoter un roman où Woody Allen (dont un divan, mais je ne vous en dis pas plus…) serait magnifiquement à l'aise. Entre bavardages et marivaudages, Auður Ava Ólafsdóttir nous promène allègrement, avec beaucoup d'humour et de tendresse, dans ce fragile no man's land des relations humaines, de ses faux-semblants et de ses non-dits, des conséquences de l'absence d'un père comme dans les difficultés d'assumer ce que l'on est, ou ce que l'on croit être. C'est un roman comme une gourmandise, avec un cœur acidulé, qui donne juste ce qu'il faut d'amertume et où celle qui tire les fils de la marionnette de la vie n'est sans doute pas celle que l'on pense. »
Calligrammes
« Quatre ans après l'enchantement produit par ROSA CANDIDA, la magie propre à l'Islandaise Audur Ava Olafsdottir s'impose à nouveau dans L'EXCEPTION. Avec sensibilité, humour et poésie, elle dessine un couple qui se sépare et la reconstruction qui s'impose pour son héroïne… L'exception, c'est elle, Maria, épouse comblée, femme épanouie, heureuse mère de jumeaux. C'est ce qu'elle croit en tout cas jusqu'à ce soir de réveillon où, sur fond de feux d'artifice, son époux lui annonce qu'il la quitte… pour un autre homme, un collègue de travail. L'exception, elle le comprend sans s'en être jamais rendue compte jusque-là, c'était donc d'être la seule femme dans la vie de son époux. Le monde vacille sous ses pieds mais il y aura des répliques, d'autres catastrophes à venir, sur lesquelles il va lui falloir se reconstruire… Cela pourrait être un drame, un mélo. Grâce au talent et à la fantaisie d'Audur Ava Olafsdottir, c'est tout autre chose. Car la romancière islandaise sait inventer des personnages décalés qui pimentent l'intrigue, comme la confidente de Maria, une conseillère conjugale d'1 mètre 20, qui rédige aussi des polars pour un auteur connu. Elle a aussi l'art des rebondissements, des situations inattendues, des pas de côté. Elle n'a pas son pareil enfin pour évoquer son pays, ses paysages, son climat. Autant de choses qui nous avaient fait aimer Rosa Candida, et qu'on retrouve, plus aboutis encore, dans ce nouveau roman tout à la fois tendre, grave, léger : en un mot, délicieux. »
Les Buveurs d'Encre
« Après la fraîcheur de ROSA CANDIDA et l'amertume douceureuse de L'EMBELLIE dont la sortie date d'il y a plus d'un an et demi, L'EXCEPTION est la piqûre de rappel qu'il nous fallait. Si vous ne connaissez pas l'Islandaise romantique qui nous a ravi avec ses deux premiers romans, un conseil : plongez-vous, vite et tête la première, dans le petit dernier ! Auður Ava Ólafsdóttir (en plus d'être un challenge orthographique à elle toute seule!) a cette écriture marquée, dynamique et poétique, qui nous transporte loin. Sa plume, très stylisée, sert habilement les thèmes qui lui sont chers comme la maternité impromptue, le couple et sa rupture, et place avec une rare finesse des éléments que l'on soupçonne autobiographiques. Dans L'EXCEPTION, on retrouve l'idée du couple qui s'aime, mais qui ne se convient plus : le soir du nouvel an, Floki annonce à sa femme qu'il la quitte pour un homme, et Marià doit alors apprendre à faire face seule à ce monde qu'ils avaient toujours affronté à deux. A la perte de son mari s'ajoute la mort soudaine d'un père biologique qu'elle connaissait à peine et qui la désigne comme seule héritière. Soutenue par sa voisine, une naine conseillère conjugale/auteur de polars, elle va tenter de reconstruire cette vie qui s'effrite. Si les thèmes sont féminins, la force et la sensibilité de l'écriture d'Ólafsdóttir porte ses romans au delà des idées préconstruites sur le genre. Surplombant les histoires d'amours et de pertes, il y a cette figure de femme moderne faisant face à ses obessions et ses faiblesses, qui a de quoi fasciner les plus sceptiques. » Marion