éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Coups de cœur des libraires


Librairie Labyrinthes
« Un homme tombe de son bateau. Il est parti pêcher, seul, sur ce bateau qu'il connaît bien, l'ayant pratiqué durant sa jeunesse en compagnie de son père. Il n'est plus dans une forme physique suffisante pour se hisser à bord facilement. Il va peu à peu épuiser ses forces à nager. Au fur et à mesure les souvenirs et les réflexions vont se faire chair dans ce corps promis à la noyade. Dans l'épaisseur de la chair ce sont les traces du passé qui font poids, le parcours de la famille, l'Algérie, d'où vient le père. Qui eut le malheur un jour de dire à son fils qu'il n'était pas un "vrai pied noir". Le nouveau roman de Jean-Marie Blas de Roblès est tout aussi réussi que ses précédents, même s'il relève d'une construction et d'une manière d'approcher le récit très différente de Là où les tigres sont chez eux (Prix Médicis, Grand prix Jean Giono) ou L'île du point Nemo, deux des romans les plus passionnants des dix dernières années. Jean-Marie Blas de Roblès est né à Sidi-Bel-Abbès, département français d'Algérie ; enfant il a connu le retour en France, avec le départ de sa famille qui s'installa dans le Var. Comme bien des enfants la part d'histoire que portaient ses parents a pu longtemps lui échapper. En écrivant Dans l'épaisseur de la chair, il livre sans doute une part importante de lui-même, de son parcours, de ce qui l'a façonné. Il fait surtout, une fois de plus, une fois encore, œuvre d'écrivain, se servant de toutes les ressources de sa langue (toujours aussi somptueuse) et de sa capacité à raconter des histoires comme s'il s'agissait de contes anciens (à moitié nourris d'Orient à moitié d'Occident). Précision de la phrase, sûreté de l'adjectif, vivacité des descriptions, humour et ironie sous-jacente n'hésitant pas à faire surface tel un poisson volant pour happer le détail incongru, on retrouve la "plume" de Blas de Roblès. Dans un jeu permanent de miroirs parfois ponctué de quelques trompe-l'œil, la mythologie familiale se mélange à l'histoire de tout un peuple d'Algérie, à l'histoire d'une époque révolue dont nous n'avons plus assez de traces. L'histoire de Manuel Cortès, fils d'émigrés espagnols dans la ville de garnison de Sidi-Bel-Abbès, pêcheur impénitent, médecin, engagé volontaire auprès des Alliés (les pages sur la présence des Algériens dans la Seconde Guerre mondiale sont époustouflantes), l'histoire de ce Manuel Cortès que son fils en train de se noyer a toujours aimé profondément, résonnera longtemps dans la mémoire des lecteurs. »