éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualitésNumérique1000 librairiesNos partenaires
Contact contact Newsletter

EssaisIntranQu’îllitéscéytuforeign rights

Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Coups de cœur des libraires


Le Furet du Nord
« Contrebande d’Enrique Serpa, classique de la littérature cubaine des années 30, jusque‐ là inédit en français, paraît enfin aux éditions Zulma, dont la ligne éditoriale, définitivement, n’a pas fini de nous combler et de nous surprendre. Le situant dans La Havane des années 20, Serpa nous livre un récit d’une intensité sans faille, qui n’est pas sans rappeler les grands romans d’Hemingway ou de Faulkner. D’ailleurs, l’analogie ne pourrait s’arrêter ici, tant les personnages, authentiquement brisés par la vie, sont des modèles de cette littérature si chère aux deux auteurs américains. L’atmosphère y est viciée, la tension toujours extrême (la révolution est proche), et loin d’un portrait ethnologique du Cuba de cette époque, le roman, sans exotisme aucun, nous plonge dans les bas‐fonds d’une ville brûlante, à travers le duel psychologique entre deux personnages, le propriétaire de la Buena Ventura, une goélette, et son capitaine de bord, un dénommé Requin, qui vivront l’aventure de la prohibition, dans un rapport de domination constante. L’auteur nous l’explique dès les premiers mots, la contrebande ici décrite est multiple : contrebande d’alcool, de sentiments, de pensées… Il s’agit dès lors d’un roman sur l’espoir (celui de vivre dignement, quel qu’en soit le prix à payer), mais où l’issue ne pourrait être que dramatique. Digne des meilleurs films de John Huston ou de Howard Hawks, Contrebande possède un souffle singulier parmi les plus grands romans du genre. » Benjamin
Librairie Georges
« Il aura fallu patienter plus de 70 ans avant que ce classique de la littérature cubaine fasse l’objet d’une traduction française. Le résultat est à la hauteur de l’attente… Dès les premières pages, Contrebande s’impose avant tout comme un magnifique roman d’atmosphère, émaillé de métaphores d’une somptueuse justesse, et servi par une prose naturaliste qui jongle avec les genres romanesques pour mieux s’en affranchir. Serpa transpose littéralement son lecteur dans le bas-fonds de La Havane, au cœur de cette misère cubaine des années trente, une île grisée par les vapeurs de rhum, les volutes des cigares et le parfum lourd des prostitués. Il esquisse avec subtilité cet univers opaque et sulfureux où l’aventure semble encore possible mais où l’aventure semble encore mais où chacun doit cependant lutter pour subsister au quotidien. Car si la fièvre révolutionnaire n’a pas encore embrasé l’île, le grondement populaire ne cesse de s’amplifier, en particulier chez les pêcheurs, qui doivent faire face à un effondrement progressif mais inexorable du cours du poisson. La prohibition américaine offrant des perspectives plus lucratives, le narrateur décide d’utiliser l’une de ses goélettes pour acheminer illégalement une cargaison de rhum, périlleuse opération dont les préparatifs et l’accomplissement constitueront la toile de fond narrative. Mais notre armateur s’improvise contrebandier sans réellement en avoir l’étoffe : lâche, couard, hypocrite et mythomane, ce dernier vit dans l’ombre de Requin, son capitaine de bord - un baroudeur, pirate à ses heures, mais homme d’honneur avant tout - respecté et vénéré par la totalité de l’équipage. Entre les deux hommes se noue dès lors une relation de rivalité complexe, teinté de jalousie compulsive et d’indifférence condescendante, dont Serpa imprègne chaque page pour la plus grande jubilation du lecteur. Stylistiquement à mi-chemin entre Conrad et Stevenson Contrebande élabore un univers narratif magnétique qui vagabonde des comptoirs poisseux de La Havane aux étendues océanes, entre récit d’aventure aux accents initiatiques et roman socio-historique ; une très belle alchimie littéraire dont l’intensité ne saurait laisser indifférent. »