éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Coups de cœur des libraires


Le Furet du Nord
« Contrebande d’Enrique Serpa, classique de la littérature cubaine des années 30, jusque‐ là inédit en français, paraît enfin aux éditions Zulma, dont la ligne éditoriale, définitivement, n’a pas fini de nous combler et de nous surprendre. Le situant dans La Havane des années 20, Serpa nous livre un récit d’une intensité sans faille, qui n’est pas sans rappeler les grands romans d’Hemingway ou de Faulkner. D’ailleurs, l’analogie ne pourrait s’arrêter ici, tant les personnages, authentiquement brisés par la vie, sont des modèles de cette littérature si chère aux deux auteurs américains. L’atmosphère y est viciée, la tension toujours extrême (la révolution est proche), et loin d’un portrait ethnologique du Cuba de cette époque, le roman, sans exotisme aucun, nous plonge dans les bas‐fonds d’une ville brûlante, à travers le duel psychologique entre deux personnages, le propriétaire de la Buena Ventura, une goélette, et son capitaine de bord, un dénommé Requin, qui vivront l’aventure de la prohibition, dans un rapport de domination constante. L’auteur nous l’explique dès les premiers mots, la contrebande ici décrite est multiple : contrebande d’alcool, de sentiments, de pensées… Il s’agit dès lors d’un roman sur l’espoir (celui de vivre dignement, quel qu’en soit le prix à payer), mais où l’issue ne pourrait être que dramatique. Digne des meilleurs films de John Huston ou de Howard Hawks, Contrebande possède un souffle singulier parmi les plus grands romans du genre. » Benjamin
L'Arbre à Lettres Bastille
Contrebande fait partie de la sélection de la librairie.
Librairie Climats
« Partons dans les Caraïbes avec ce roman paru en 1938, dont l’auteur, Enrique Serpa, était considéré par Hemingway comme un des plus grands, admiré par Edouardo Manet et… totalement inconnu en France. Le narrateur est un petit armateur de pêche dans le Cuba des années 30. Alcoolique oisif et désœuvré, il a l’habitude de naviguer sur l’un de ses bateaux, La Buena Ventura. Sous la pression de la pêche industrielle, les cours du poisson s’effondrent et le produit de sa dernière campagne ne lui permet pas de payer son équipage. Il accepte alors, poussé par son capitaine, de faire un voyage de contrebande d’alcool vers les États-Unis si proches et en pleine prohibition. La préparation et la réalisation du voyage, avec en toile de fond l’incroyable misère cubaine, nous entraînent dans une peinture sociale minutieuse. Les principaux protagonistes, le narrateur, pleutre et mythomane et son capitaine, Requin, solide et parfaitement immoral, vénéré par l’équipage, s’affrontent ou se séduisent au fil des pages, et chaque personnage, marin, trafiquant ou prostituée, contribue au réalisme de cette formidable expédition. Roman d’aventure et roman social, Contrebande est aujourd’hui un grand classique de la littérature cubaine. Merci aux éditions Zulma de nous avoir déniché ce petit bijou. » François Prévot
Librairie Georges
« Il aura fallu patienter plus de 70 ans avant que ce classique de la littérature cubaine fasse l’objet d’une traduction française. Le résultat est à la hauteur de l’attente… Dès les premières pages, Contrebande s’impose avant tout comme un magnifique roman d’atmosphère, émaillé de métaphores d’une somptueuse justesse, et servi par une prose naturaliste qui jongle avec les genres romanesques pour mieux s’en affranchir. Serpa transpose littéralement son lecteur dans le bas-fonds de La Havane, au cœur de cette misère cubaine des années trente, une île grisée par les vapeurs de rhum, les volutes des cigares et le parfum lourd des prostitués. Il esquisse avec subtilité cet univers opaque et sulfureux où l’aventure semble encore possible mais où l’aventure semble encore mais où chacun doit cependant lutter pour subsister au quotidien. Car si la fièvre révolutionnaire n’a pas encore embrasé l’île, le grondement populaire ne cesse de s’amplifier, en particulier chez les pêcheurs, qui doivent faire face à un effondrement progressif mais inexorable du cours du poisson. La prohibition américaine offrant des perspectives plus lucratives, le narrateur décide d’utiliser l’une de ses goélettes pour acheminer illégalement une cargaison de rhum, périlleuse opération dont les préparatifs et l’accomplissement constitueront la toile de fond narrative. Mais notre armateur s’improvise contrebandier sans réellement en avoir l’étoffe : lâche, couard, hypocrite et mythomane, ce dernier vit dans l’ombre de Requin, son capitaine de bord - un baroudeur, pirate à ses heures, mais homme d’honneur avant tout - respecté et vénéré par la totalité de l’équipage. Entre les deux hommes se noue dès lors une relation de rivalité complexe, teinté de jalousie compulsive et d’indifférence condescendante, dont Serpa imprègne chaque page pour la plus grande jubilation du lecteur. Stylistiquement à mi-chemin entre Conrad et Stevenson Contrebande élabore un univers narratif magnétique qui vagabonde des comptoirs poisseux de La Havane aux étendues océanes, entre récit d’aventure aux accents initiatiques et roman socio-historique ; une très belle alchimie littéraire dont l’intensité ne saurait laisser indifférent. »
Librairie La Cédille
Contrebande fait partie de la sélection de la librairie La Cédille.
Librairie La Réserve
« Dans un style fluide, Enrique Serpa nous entraîne dans un roman d’aventures plein d’allant. Mais c’est aussi une radiographie de la vie cubaine dans les années vingt (les bas-fonds de la Havane, les bars mal famés, les prostituées), qui nous ouvre la voie sur la révolution de 1933. Écrit en 1938, et pour la première fois traduit en France, ce texte n’a rien perdu de sa saveur. À consommer sans modération. » Delphine Gorréguès
Librairie Comme un roman
« Un grand roman d’atmosphère, d’aventure et de marins ! Au centre de ce texte drôle, inventif et foisonnant un couple boiteux : le propriétaire du bateau la Buena Ventura et Requin, le capitaine de bord. Ces deux hommes que tout oppose vont nous entraîner dans les bas-fonds de la Havane des années vingt et initier un trafic de contrebande d’alcool. Cette tragi-comédie terriblement humaine offre une vision sociale captivante du petit peuple de l’île. Pêcheurs, prostituées, contrebandiers, enfants miséreux défilent devant nos yeux comme si on y était. Haut en couleurs, ce roman publié en 1938 est considéré comme un classique de la littérature cubaine contemporaine. » Maude Mihami
Librairie L'Eternel Retour
« Contrebande est une plongée dans le Cuba des années 30, un La Havane dans lequel misère, prostitution, faim, injustices sociales et corruption s'emmêlent et ravagent les âmes des hommes qui tentent d'y survivre. Une sorte de grand bouillon malfaisant sous une atmosphère étouffante, tableau d'une Amérique à genoux incroyablement retranscrite par les descriptions de Serpa qui entraîne son lecteur de chutes vertigineuses en croquis acérés. [...] Pour la première fois traduite en français, l'œuvre de Serpa se révèle d'une immense richesse : un style abouti, puissant, des tirades enivrantes, un sens aigu de la description, des digressions seyantes et des élans poétiques, partout des mots justes, piquants, tranchants. Une véritable tempête de style, d'expressions, de sens et d'émotions à vifs, sous fond de tension perpétuelle prête à exploser. Le lecteur n'en sort pas indemne. Un ouvrage digne des plus grands, de Conrad, London ou Hemingway, qui dit en son temps de Serpa qu'il était, tout simplement, "le meilleur écrivain d'Amérique latine". »
Librairie Passages
« Un portrait saisissant de la capitale cubaine. Très beau roman social, d’aventure et psychologique. Serpa est un conteur hors-pair ! »
Librairie Le Bel Aujourd'hui
Lu et conseillé par Odile Riot.
Librairie Voyelle
« Enrique Serpa un Jack London cubain à découvrir ! Années vingt : l'équipage de la buena ventura (une bande de marins cubains ruinés) débarque avec leur géolette sur les rives de La Havane et décide de se reconvertir dans le transport d'alcool. Roman d'aventure décalé en même temps que grande fresque sociale sur Cuba, ce livre devenu un classique de la littérature cubaine contemporaine est traduit pour la première fois en français. »
Librairie Le Roi Livre
Le coup de cœur de Maïté Blatz.
Arts & Livres
« Ce roman, servit par une écriture fine et agréable, dépeint à merveille l'atmosphère de Cuba dans les années vingt. Un classique de la littérature cubaine ! » Olivier Augier
Jardin des Lettres
« Grand coup de cœur pour Contrebande. De très belles pages sur un certain sentiment de solitude en mer. » Marie Hirigoyen
Graffiti
« Loin du roman à thèse, Contrebande reflète son époque à la manière réaliste, dans le style rocambolesque, à la fois poétique et efficace, d’Enrique Serpa. La modernité de ce roman tiendrait donc dans sa profusion de registres de lecture : l’aventure, le réalisme engagé, l’initiation et le lyrisme. »
Librairie Sauramps
Lu et conseillé par Yann Granjon.
Librairie Prado Paradis
Lu et conseillé par Dominique Paschal.
Librairie Saint-Christophe
Lu et conseillé par Jean-François Delapré.
Librairie Doucet
Lu et conseillé par Amélie Muller.
Librairie L'Alinéa
Le coup de cœur de Jean-François Szymanski.
La Manufacture
Le coup de cœur de Frédérique Perrot.
Librairie du Renard
Le coup de cœur de Valérie Lelouarn.
Librairie Cadet
«  Contrebande est une plongée dans le Cuba des années 30, dans lequel misère, prostitution, faim, injustices sociales et corruption s’emmêlent et ravagent les âmes des hommes qui tentent d'y survivre. Une sorte de grand bouillon malfaisant sous une atmosphère étouffante, tableau d'une Amérique à genoux incroyablement retranscrite par les descriptions de Serpa qui entraîne son lecteur de chutes vertigineuses en croquis acérés. Pour la première fois traduite en français, l’œuvre de Serpa se révèle d'une immense richesse : un style abouti, puissant, des tirades enivrantes, un sens aigu de la description, des digressions seyantes et des élans poétiques, partout des mots justes, piquants, tranchants. Une véritable tempête de style, d'expressions, de sens et d'émotions à vifs, sous fond de tension perpétuelle prête à exploser. Le lecteur n'en sort pas indemne. »
Pages d'encre
« Merci aux éditions Zulma de nous permettre de découvrir ce formidable roman et ce très grand écrivain. »
Les Arpenteurs
Le coup de cœur de Pierre Delaforge.
Librairie Passion Culture
Coup de cœur de Gilles Larvor
Librairie L'Usage du Monde
« La Buena Ventura est un modeste bateau de pêche, le propriétaire (le narrateur) et le capitaine, surnommé Requin, se font face. Rascasses, dorades, mérous et poisson-scies se font (déjà) rares pour cause de concurrence et de pêche industrielle. Le fruit laborieux des campagnes en mer est bradé et ne suffit plus à payer tout ce petit monde. Habilement, Le Requin suggère au Patron d'utiliser la Buena Ventura pour une autre forme d'industrie maritime : la contrebande d'alcool… Ce merveilleux roman dépeint le petit monde de La Havane dans les années 20. Le face-à-face entre les deux principaux personnages est coloré et vous suivez avec régal la progression vers ce commerce interdit (mais rémunérateur) et les étapes de la transgression. Mais CONTREBANDE n'est pas un roman maritime… à cela s'ajoute le portrait d'une foule de petites gens, trafiquants, pêcheurs, prostituées où l'on voit couver le feu qui embrasera l'île plus tard. Journaliste de métier, Enrique Serpa est évidemment un romancier politique. Hemingway lui conseillait de tout abandonner pour écrire des romans. Dépêchez vous d'embarquer à bord de la Buena Ventura ! » Gilles Million
Librairie OCEP
« Un ouvrage dans la veine de Jack London ou Ernest Hemingway. Ce dernier affirmant à Enrique Serpa : « Vous êtes le meilleur romancier d'Amérique latine, et vous devez tout abandonner pour écrire des romans ». Un classique de la littérature cubaine à découvrir au plus vite ! »