éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer

Littérature — collection de poche Z/a



trier par   Date de parution   Auteur   Titre

William Saroyan
Papa, tu es fou

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Danièle Clément
Malibu, années 50, il a dix ans et raconte sa connivence avec un papa écrivain qui lui transmet la joie de vivre comme celle d'écrire. Un style et une fraîcheur de ton éblouissants.




Marie Vieux-Chauvet
Amour, Colère et Folie

Postface de Dany Laferrière
de l’Académie française

« Voilà que quarante-six ans après qu’on l’a réduite au silence (l’horreur absolue pour un écrivain), la voix claire et pure de cette romancière lucide et indomptable refait surface. Une dernière chance pour entendre son chant. »

Dany Laferrière





Leo Perutz
La Troisième Balle

Roman traduit de l’allemand par Jean-Claude Capèle

Emblème des œuvres à venir, la Troisième Balle, premier roman de Leo Perutz, emprunte la forme d’un labyrinthe baroque et savamment construit, où le réel historique et l’imaginaire fantastique, étrange, métaphysique, ne cessent de se télescoper.




Zoyâ Pirzâd
Comme tous les après-midi

Nouvelles traduites du persan (Iran) par Christophe Balaÿ
Par la simplicité et la sobriété de son style, Zoyâ Pirzâd épingle comme un papillon rare la fuite du temps et déjoue d’un regard incisif les pièges de la vie qui passe.




Leo Perutz
Le Maître du Jugement dernier

Roman traduit de l’allemand par Jean-Claude Capèle
Une enquête en forme de roman halluciné où sont abordés, avec une intuition aiguë des ressorts de l’inconscient et de la logique, les thèmes du dédoublement et de la violence autodestructrice. Un roman qui nous hante bien longtemps après l’avoir lu.




Hubert Haddad
La Condition magique

Grand Prix du roman de la SGDL
Un roman prodigue, un roman philosophe autour de la figure du grand Descartes, emblème de la raison triomphante ou planche de salut.




R. K. Narayan
Dans la chambre obscure

Roman traduit de l’anglais (Inde) par Anne-Cécile Padoux
Le sublime portrait d'une femme qui se révolte.




Georges Perec
Nouveaux jeux intéressants

Présenté par Jacques Bens et Bernard Magné

Fidèle à son goût pour l’exhaustivité, Perec nous offre dans ces Nouveaux jeux intéressants un éventail à peu près complet de jeux de lettres et de logique.





Frédérick Tristan
Le Singe égal du ciel

Roman
Chef-d’œuvre épique dans la lignée du Xiyou ji (La Pérégrination vers l’Ouest) et des meilleurs romans d’aventure, voici une fabuleuse saga initiatique à la chinoise.




Georges Perec
Perec/rinations

Présenté par Bernard Magné
Georges Perec nous offre, sous les apparences d’un jeu de piste ou d’un Paris mode d’emploi, un reflet miniature, jubilatoire et fidèle de son travail d’écrivain.




Boubacar Boris Diop
Murambi, le livre des ossements

Roman
« Ce roman est un miracle. Murambi, le livre des ossements confirme ma certitude qu’après un génocide, seul l’art peut essayer de redonner du sens. Avec Murambi, Boubacar Boris Diop nous offre un roman puissant, terrible et beau. » Toni Morrison




Chantal Creusot
Mai en automne

Roman
Saisissant et nostalgique, proche de l’univers balzacien et du désenchantement flaubertien, Mai en automne renfloue tout un monde oublié qui se remet à vivre et palpiter. Un roman gigogne qui se déploie à la manière des grandes sagas.




Enrique Serpa
Contrebande

Roman traduit de l’espagnol (Cuba) par Claude Fell — Présenté par Eduardo Manet
Dans les années vingt à Cuba, la contrebande d’alcool est bien plus lucrative que la pêche au mérou. C’est donc sans mal que Requin, capitaine de la Buena Ventura, persuade l’armateur de miser tout ce qui lui reste sur un voyage vers les États-Unis.




Jacques Roumain
Gouverneurs de la rosée

Roman
« Jacques Roumain a écrit un livre qui est peut-être unique dans la littérature mondiale parce qu’il est sans réserve le livre de l’amour. » Jacques Stephen Alexis




Ferenc Karinthy
Épépé

Roman traduit du hongrois par Judith et Pierre Karinthy – Présenté par Emmanuel Carrère
Budaï, brillant étymologiste hongrois, se rend à Helsinki pour un congrès de linguistique lorsque son avion atterrit inexplicablement dans une mégalopole inconnue. « Ce qui me paraît absolument certain, c’est que Perec aurait adoré Épépé. » Emmanuel Carrère




Georges-Olivier Châteaureynaud
Singe savant tabassé par deux clowns

Prix Goncourt de la Nouvelle 2005

« L’imagination de G.-O. Châteaureynaud est flamboyante et glacée comme l’enfer. Mais tous les diables ne sont pas des exterminateurs. L’écrivain fréquente aussi les diablotins, les farceurs. » Bernard Pivot, Le Journal du dimanche

Ces onze récits ouvrent les portes d’un monde cruel, inouï, qui se joue de nous…





David Toscana
El último lector

Roman traduit de l’espagnol (Mexique) par François-Michel Durazzo – Prix Antonin Artaud France-Mexique
Dans le petit village d’Icamole, Remigio découvre le corps d’une fillette inconnue… Entre réalisme et fantastique, une réflexion virtuose sur les enjeux de la fiction, par l'un des auteurs mexicains les plus inventifs de sa génération. Jubilatoire.




Anjana Appachana
Mes seuls dieux

Nouvelles traduites de l'anglais (Inde) par Alain Porte
Bouleversantes ou cocasses, parfois féroces, les nouvelles d’Anjana Appachana nous font découvrir l’Inde contemporaine du point de vue de la femme indienne, à travers les âges de sa vie.




Zoyâ Pirzâd
C’est moi qui éteins les lumières

Roman traduit du persan (Iran) par Christophe Balaÿ
Immense succès en Iran, C'est moi qui éteins les lumières est le premier livre d’une romancière adulée de ses lecteurs. Un beau portrait de la communauté des Arméniens d’Iran.




Gert Ledig
Sous les bombes

Roman traduit de l’allemand par Cécile Wajsbrot

Bien plus qu’un roman de guerre, l’un des premiers témoignages littéraires sur la souffrance allemande, salué par W.G. Sebald et remarquablement traduit par Cécile Wajsbrot.







David Toscana

Né en 1961 à Monterrey, David Toscana est considéré comme l’un des romanciers mexicains les plus inventifs de sa génération, marqué par l’influence des classiques espagnols et par des écrivains latino-américains comme Onetti et Donoso. Depuis le fameux El último lector, il a publié huit romans et un recueil de nouvelles d’une inventivité magnifique, doublée d’une réflexion virtuose sur les enjeux de la fiction. Ses œuvres sont traduites dans une dizaine de langues.

« De page en page, on voit double, on voit triple, on voit magique. Certains ont l’alcool gai. Toscana a l’imagination heureuse. » Frédéric Vitoux, Le Nouvel Observateur.