éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


Eduardo Antonio Parra


Eduardo Antonio Parra s’inscrit avec virtuosité dans la grande littérature mexicaine des Juan Rulfo et Carlos Fuentes. Ses nouvelles se situent dans la région frontalière du Nord, le long du Río Bravo (qu’on appelle Rio Grande côté gringos), avec des villes comme Ciudad Juárez, réputée être l’une des plus dangereuses au monde, ou à Monterrey, d’où il est originaire, et « qui engendre, écrit-il, des animaux nocturnes assoiffés de sang ». Prix Antonin Artaud 2009.
Eduardo Antonio Parra chez Zulma
N’hésitez pas à cliquer sur chaque livre pour découvrir tous ses formats disponibles.
Coups de cœur des libraires

Les Limites de la nuit
Librairie La Maison du Livre
Lu et conseillé par Jean-Marc Lecroc.




Les Limites de la nuit
Librairie de Provence
Le coup de cœur de Fabienne Girard.




Les Limites de la nuit
Librairie Lucioles
« Au nord-est du Mexique, la ville de Monterrey, bien que troisième plus grande ville du pays, restait jusqu’à présent, au contraire des autres villes frontières, moins marquée par la violence aveugle des narcos et des trafiquants en tout genre.
En neuf nouvelles parfaites qui forment une sorte de roman kaléidoscopique, Eduardo Antonio Parra nous démontre le contraire. Il brosse le portrait d’une ville terrifiante de noirceur. Un peu comme dans « Douce nuit », nouvelle de Buzzati reproduite dans le recueil K, où chaque chose à l’intérieur du jardin semble n’être que poésie et calme divin, la ville de Monterrey dort du sommeil du juste, à peine effleurée par l’angoisse. On pourrait s’y promener par une nuit sans lune et s’asseoir à une terrasse avec un inconnu sans que rien n’arrive. Pourtant, à y regarder de plus près, dans les recoins sombres, tout n’est que désir, peur, vice. Les personnages de Parra sont arrivés à cet état limite où tout est consommé, ils n’ont plus le choix de revenir en arrière, que ce soit dans le plaisir, la folie ou la misère.
Avec une sobriété de moyens peu commune, Parra nous plonge au cœur de l’enfer, au milieu des gangs, des prostituées, des toxicos, de tout ce petit peuple sordide qui s’agite à la recherche d’un peu de jouissance volée.
Excités comme des chiens par l’odeur du sang, il s’exaspèrent les uns les autres jusqu’à ce que le premier coup parte. Evidemment, la frontière, la seule qui compte, n’est qu’à deux cents kilomètres, et cette proximité semble être de près ou de loin un ingrédient fondamental de tous ces débordements de violence. Entre attirance irrépressible et dégoût, la présence des Etats-Unis de l’autre côté de la rivière semble décupler la rancœur des habitants. Chacune des nouvelles exacerbe un sentiment qui répond à une logique folle, et la mène jusqu’au bout : la solitude d’une prostituée qui se refuse à tous ses clients, la trahison d’un serment d’enfant qui se termine, des années plus tard, en rixe mortelle, la folie furieuse d’un couple paranoïaque enfermé dans son luxueux appartement… Le pouvoir d’évocation de Parra est du grand art. Son écriture tout en retenue et d’une grande maîtrise laisse suffisamment de place pour que notre imagination se mettre immédiatement à galoper. Mais la construction maîtrisée nous bride au bon moment et nous mène exactement où elle veut. »

Michel Edo




Les Limites de la nuit
Librairie Page et Plume
Lu et conseillé par Aurélie Janssens.




Les Limites de la nuit
Librairie Prado Paradis
Lu et conseillé par Dominique Paschal.




Les Limites de la nuit
Les Vraies Richesses
« J’aimerais […] retenir Les Limites de la nuit de Eduardo Antonio Parra pour son souffle et la force de description de sa plume avec une mention pour la nouvelle qui s’intitule : “Comment se passe la vie”… »

Philippe Soussan




Les Limites de la nuit
Librairie La Pléiade
Lu et conseillé par Jean-Pierre Huc.




Les Limites de la nuit
Librairie - café Soif de lire
« Zulma nous régale à nouveau...
Ces histoires de meurtre, de pulsions chaotiques et d’amour éperdu révèlent un écrivain de haute allure. Lauréat du prix Antonin Artaud pour ce recueil en 2009, Eduardo Antonio Parra qui décrit par les marges, à travers une cohorte de drogués, d’indigents, de voyous et de travestis, les villes frontalières comme Monterrey où il demeure, les déserts de Chihuahua et les spectres du Rio Bravo, s’inscrit avec maestria dans la grande littérature sud mexicaine... »

Jennifer Le Morvan




Les Limites de la nuit
L’Œil au Vert
Lu et conseillé par Alice.




Les Limites de la nuit
Librairie Lettre et Merveilles
« D'une maîtrise remarquable ! »