éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


David Toscana


Né en 1961 à Monterrey, David Toscana est considéré comme l’un des romanciers mexicains les plus inventifs de sa génération, marqué par l’influence des classiques espagnols et par des écrivains latino-américains comme Onetti et Donoso. Depuis le fameux El último lector, il a publié huit romans et un recueil de nouvelles d’une inventivité magnifique, doublée d’une réflexion virtuose sur les enjeux de la fiction. Ses œuvres sont traduites dans une dizaine de langues.

« De page en page, on voit double, on voit triple, on voit magique. Certains ont l’alcool gai. Toscana a l’imagination heureuse. » Frédéric Vitoux, Le Nouvel Observateur.
Pour en savoir plus sur David Toscana, cliquez sur l'image.

En images
David Toscana chez Zulma
N’hésitez pas à cliquer sur chaque livre pour découvrir tous ses formats disponibles.
Coups de cœur des libraires

El último lector
Librairie Pax
« Un hymne fantaisiste et jubilatoire à la littérature et à ses lecteurs. A ne pas manquer ! Absolument délicieux. »




El último lector
Librairie Doucet
Lu et conseillé par Linda Pommereul




El último lector
Librairie Lucioles
« El último lector est le roman de la soif jamais étanchée de sincérité en littérature. »
Michel Edo

Lu et conseillé également par Alain Belier et Faustine Junillon




L’Armée illuminée
Librairie L'Eternel Retour
« 1968, dans un petit bourg du nord du Mexique, le gros Comodoro, l’enfant gâté Cerillo, la belle Azucena, El Miragulo et Ubaldo l’artiste sont embrigadés par le prof d’histoire Matus, général autoproclamé de cette "armée illuminée", pour aller reconquérir le Texas aux Etats-Unis... Avec délectation nous pouvons suivre le parcours de Matus le marathonien, qui, effrayé par les futures médailles des américains aux jeux olympique va devenir possédé par des rêves de gloire, de batailles, d’honneur et de patriotisme, et préparer l’invasion du Texas avec son armée comme on préparerait une compétition sportive. A travers cette fable surréaliste à l’humour permanant (situations rocambolesques, ironie et décalages fabuleux), David Toscana nous livre une belle réflexion sur la guerre et le nationalisme. Un roman dépaysant et distrayant. »

Cyril Dewavrin




Un train pour Tula
Librairie Texture
Le coup de cœur de Michele Chadeisson.




Un train pour Tula
L’Œil au Vert
Lu et conseillé par Alice et Annie.




El último lector
La Maison vieille
Coup de cœur de Tatiana Tourjansky.




El último lector
Librairie Clair de plume

Lu et conseillé par Pauline Fouillet 





El último lector
La Librairie
Le coup de cœur de Dominique Minard.




Un train pour Tula
Au brouillon de culture
Le coup de cœur de Karine Pothier.




Un train pour Tula
Librairie Voyelle
Dans la sélection coup de cœur de la librairie Voyelle.




El último lector
Librairie Deloche
« On est dans une construction à la Borges, puisque tous les romans qui interviennent dans l’histoire principale sont eux aussi inventés par l’auteur. C’est au bout du compte une fable, poussée à l’absurde, sur les rapports entre l’imaginaire et la réalité. Peut-être aussi sur les méfaits de la lecture ! »

Philippe Bernadou




L’Armée illuminée
Librairie Charybde
«Paru en 2006 (en 2012 chez Zulma pour la belle traduction française de François-Michel Durazzo), le septième roman du Mexicain David Toscana est un étrange régal.
Ne se remettant pas d'un échec de jeunesse dans un étonnant "marathon à distance", n'acceptant pas l'historique remise du Texas aux Américains, un Mexicain se lance à la reconquête de Fort Alamo, avec son armée de... cinq pré-adolescents gentiment "illuminés", qui le suivent dans cette baroque équipée...
Récit d'une folle tentative guerrière, où l'ironie la plus pince-sans-rire côtoie en permanence le tragique le plus obsédant, rythmé par les obsessions sportives du chef comme par les doutes et les abnégations des enfants, cette croisade provoque d'abord une certaine incrédulité chez le lecteur, avant que la force de conviction de ses protagonistes n'emporte la décision, et fasse partager pleinement cette épopée lunatique... Du grand art, une fois que l'on est entré dans la danse. »





El último lector
Librairie Mollat
« Un excellent éditeur, Zulma pour le nommer, a eu l’intelligente idée de l’écouter et ce que nous en a dit son traducteur s’est trouvé confirmé avec éclat : El último lector signé David Toscana est une réussite dont le grand Rulfo, ancêtre de tous les écrivains qui comptent en Amérique Latine, pourrait s’enorgueillir du haut de l’Olympe où l’ont placé les auteurs mexicains. […] La jubilation que l’on ressent à découvrir ce roman qui touche à ce qui nous importe le plus, la lecture, cette prison volontaire qu’on ne quitte pas sans danger, est intense. Ce serait dommage qu’au milieu du ras de marée mexicain, il ne surnageât pas. »




El último lector
Le Libr’air
Coup de cœur de Géraldine.




L’Armée illuminée
Librairie Cadet
« 1968, dans un petit bourg du nord du Mexique, le gros Comodoro, l’enfant gâté Cerillo, la belle Azucena, El Miragulo et Ubaldo l’artiste sont embrigadés par le prof d’histoire Matus, général autoproclamé de cette "armée illuminée", pour aller reconquérir le Texas aux Etats-Unis...
Avec délectation nous pouvons suivre le parcours de Matus le marathonien, qui, effrayé par les futures médailles des américains aux jeux olympique va devenir possédé par des rêves de gloire, de batailles, d’honneur et de patriotisme, et préparer l’invasion du Texas avec son armée comme on préparerait une compétition sportive.
A travers cette fable surréaliste à l’humour permanant (situations rocambolesques, ironie et décalages fabuleux), David Toscana nous livre une belle réflexion sur la guerre et le nationalisme.
Un roman dépaysant et distrayant. »

Cyril Dewavrin




Un train pour Tula
La Maison jaune
« À travers la vie d'un homme, Juan Capistran, enfant maudit, l'auteur nous conte l'histoire de la ville frontalière de Tula. Roman peuplé de personnages extravagants, le livre de Toscana nous entraîne dans une histoire d'amour impossible avec un réalisme baroque. »




El último lector
Librairie Sauramps en Cévennes
Lu et conseillé par Jean-Pierre AGASSE




L’Armée illuminée
Librairie Page et Plume
« Ce récit inclassable à mi-chemin entre le roman d'aventure, l'épopée et la fable, est étonnant et foisonnant. On retrouve cette propension qu'a Toscana à fantasmer le réel, à raconter des histoires dont on ne sait à quel moment exactement elles basculent dans la rêverie, à peindre des personnages à la fois originaux mais qui ne sont pourtant pas sans rappeler certains illustres prédécesseurs. Le tout porté par une verve à la fois drôle et poétique. Un cocktail explosif pour un roman qui l'est tout autant. »

Aurélie Janssens




El último lector
Librairie Page et Plume
Lu et conseillé par Aurélie Janssens




Un train pour Tula
Librairie Sauramps
« Dans le décor baroque de Tula, ville frontalière peuplée de personnages débordants de vie et de fantaisie, David Toscana raconte, entre vérités et mensonges, la naissance, la vie et l’amour de Juan Capistran pour l’insaisissable Carmen.
Avec une imagination foisonnante, un art subtil de la construction et un sens consommé de l’humour. »

Yann Granjon




El último lector
Librairie Prado Paradis
Lu et conseillé par Aurélie et Dominique Paschal




El último lector
Librairie de Paris
Lu et conseillé par Isabelle Couriol.




El último lector
Librairie Pantoute
« Dans un village mexicain accablé par la sécheresse, Remigio trouve, au fond de son puits, le cadavre d’une fillette. Il se tourne vers son père Lucio pour savoir comment en disposer: ce dernier, bibliothécaire municipal par défaut, se tourne à son tour vers les livres pour trouver la réponse. Par une sorte de mise en abyme inversée, Toscana lie étroitement son récit à celui des romans évoqués par son personnage. Dans une mécanique poétique, malgré sa déviance, Lucio recrée dans le monde réel les trames romanesques qui lui semblent incomplètes, pour leur rendre les détails et les émotions vraies que l’écrivain aura omis de décrire, faute de les avoir vécus. Ne m’étant jamais frottée au courant du réalisme magique (non, jamais !), je ne saurais dire si ce livre en fait partie, même si la deuxième de couverture m’assure du contraire. Je peux cependant affirmer que ce livre est un objet unique. »

Anne-Marie Genest




Un train pour Tula
Librairie Page et Plume
« Un vrai plaisir de lecture riche et intense, un roman indispensable de la rentrée littéraire ! »

Aurélie Janssens




El último lector
Librairie Les Lisières
Lu et conseillé par Marianne Kmiecik




El último lector
Librairie Comme un roman
Lu et conseillé par Nadia Guillon-Vernes.




L’Armée illuminée
La Grande Librairie
Lu et conseillé par Caroline Sauvage.




El último lector
Librairie Le Cyprès
Lu et conseillé par Wilfried Séjeau




Un train pour Tula
Le Libr’air
Lu et conseillé par Antonio Werli.




L’Armée illuminée
Librairie Lucioles
Lu et conseillé par Michel Edo.




El último lector
Librairie Ombres Blanches
El último lector fait partie de la sélection de la librairie pour janvier 2009.




L’Armée illuminée
Librairie M’Lire
« Une fable drôle et touchante. »

Delphine




El último lector
Librairie L’Autre Monde
Lu et conseillé par Evelyne Levallois 




El último lector
Librairie Le Carnet à spirales
Lu et conseillé par Jean-Baptiste Hamelin




El último lector
Librairie L'Attrape Cœur
Lu et conseillé par Sylvie Loriquer.




El último lector
Librairie Lamartine
Lu et conseillé par Stanislas Rigot.




Un train pour Tula
Librairie Mot à Mot
« Roman d'une puissance incroyable, ou peut-être bien personnages d'une puissance incroyable ? Roman bref, mais décapant, peignant des êtres humains hauts en couleur...
A lire sans tarder ! [...] un bijou. »

Frédérique Azémar




El último lector
Librairie Mot à Mot
Lu et conseillé par Guillaume Chevalier




L’Armée illuminée
Majuscule
Lu et conseillé par Jean-Luc Aubardier.




El último lector
Librairie La Maison du Livre
Lu et conseillé par E. Bonnet.




L’Armée illuminée
Le Furet du Nord - Arcueil
Le coup de cœur de Bénédicte Bonnouvrier.




L’Armée illuminée
Librairie Le Carnet à spirales
« Matus, enseignant bientôt retraité, est démis de ses fonctions pour avoir donné à ses élèves une version toute personnelle sur l'histoire des rapports entre le Mexique et les États-Unis. Loin d'être décontenancé par cette décision, Matus s'octroie le statut de général et part à l'assaut de Fort Alamo avec son armée personnelle, une poignée de gamins simplets. Dans la veine de ses deux précédents romans, David Toscana nous sert une fable déjantée et géniale, entre réel et imaginaire. »

Jean-Baptiste Hamelin




El último lector
Librairie Compagnie
« Avec El último lector, David Toscana offre un récit borgésien dont le héros, Lucio, est bibliothécaire dans un village perdu du nord du Mexique. Confronté à la découverte d’une fillette morte, Lucio mène une enquête littéraire et livresque où se déploie l’incroyable imagination de ce lecteur vorace qui croit que la fiction peut aider à élucider les cruautés du monde réel, dans la grande tradition du récit fantastique sud-américain. »

Karim Benmiloud




El último lector
Librairie de Bagatelle
Lu, aimé et conseillé par Ladislas Brault.




L’Armée illuminée
Librairie Obliques
« Impossible de ne pas succomber à cette chevauchée clopinante d’une poignée de gamins mexicains un peu simplets lancés vers Fort Alamo dans le but de reprendre le Texas aux Gringos, 130 ans plus tard. Une fable drôle et touchante derrière laquelle on lit aussi une violente critique du patriotisme. Car au fond, quelle armée n’est pas illuminée ? Et en riant de l’absurdité de ce périple extravagant, on est forcé de constater que l’aveuglement exalté de ces gamins qui peinent à compter jusqu’à dix est exactement le même que celui qui habite les militaires du monde entier. »




El último lector
Librairie Passages
« Un roman kaléidoscopique et fascinant, dans la grande tradition du réalisme fantastique sud-américain. Comment résoudre une mort énigmatique par une plongée dans la littérature comme interprétation du monde. Envoûtant... »




L’Armée illuminée
Librairie Passion Culture
« Ignacio Matus est à côté de la plaque à la façon, c'est l'évidence même, d'un Don Quichotte ou d'un Ignatus Reilly. Son délire éveillé contamine ces cinq ados avec des idéaux qui ont perdu leur force. Cette contamination est rendue par l'écriture de David Toscana de façon irrésistible. Les situations les plus badines prennent, aussi bien pour Matus que pour ses disciples, des proportions épiques. » Gilles Larvor




El último lector
Librairie Le Roi Livre
Lu et conseillé par Maïté Blatz.




El último lector
Au brouillon de culture
Lu et conseillé par Valérie Barbe




El último lector
La Librairie du Tramway
Lu et conseillé par Romain Vachoux




El último lector
Les Buveurs d'Encre
« Avec de fausses références littéraires, David Toscana réussit à supprimer la frontière entre "réalité" et fiction. Une belle réflexion sur les livres, la lecture, sur le pouvoir de la littérature sur la réalité… »

Stéphanie




Un train pour Tula
Librairie Le Carnet à spirales
« Tout l'art de Toscana est de réussir à créer un univers, des personnages hors du commun affublés de tares qu'il sait rendre palpables. "Un train pour Tula" est à quai : embarquez ! »

Jean-Baptiste Hamelin