éditions zulma
Nouveautésà paraîtreactualités1000 librairiesforeign rightscontact


céytuapuléeIntranQu’îllitésNumériqueNewsletter


Ateliers d’écriture & jeux littéraires
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Votre email :
Jeux littéraires

Retrouvez nos Jeux littéraires dès septembre 2013, en même temps que la nouvelle édition du Nouveau Magasin d’écriture, de Hubert Haddad.
      imprimer


Benny Barbash


Dramaturge, écrivain, scénariste, Benny Barbash est né à Beer-Sheva en 1951 et vit à Tel-Aviv. Il est l’un des fondateurs du mouvement La Paix maintenant. Avec My First Sony, Little Big Bang, ou tout récemment La vie en cinquante minutes, Benny Barbash poursuit une œuvre romanesque sensible, riche, intelligente.
Benny Barbash chez Zulma
N’hésitez pas à cliquer sur chaque livre pour découvrir tous ses formats disponibles.
Coups de cœur des libraires

Little Big Bang
Les Vraies Richesses
« [On retient] Little Big Bang pour son caractère drolatique et sa construction, de la légèreté vers la gravité. »

Philippe Soussan




My First Sony
Les Lettres Constellées
« On se sent tout de suite à l’aise dans cette chronique familiale. […] La religion, la politique, celle du passé et celle d’aujourd’hui, l’immigration (le grand-père est polonais, la maman est argentine) sont évoquées avec finesse.
Petite et grande histoires se mélangent habilement.
Pour notre plus grand plaisir. »

Stéphanie




Little Big Bang
La Maison jaune
« L'extraordinaire mésaventure d'un israélien qui, après avoir avalé de travers un noyau d'olive, découvre avec stupeur qu'un olivier pousse dans son oreille. Racontée avec humour et auto-dérision, cette fable allégorique dénonce les rapports israélopalestiniens et offre une réflexion sur la société israélienne contemporaine.
À mourir de rire. »




Little Big Bang
Librairie Mot à Mot
« La dernière petite merveille des éditions Zulma. »




Little Big Bang
Librairie L’Esprit large
« Little big bang est un roman drôle émouvant, dérangeant, original, philosophique avec un petit rien de conte voltairien. »

Nadine Dumas




Little Big Bang
À livre ouvert
« Qui l'aurait cru ? Mais oui, en décidant de faire un régime, le père du narrateur va déclencher un "little big bang". Et tout le monde va s'en mêler : sa femme, son père, sa mère, tout le monde va tenter de l'aider jusqu'au grand spécialiste de la culture d'oliviers palestinien. Car figurez-vous qu'après un régime à base d'olives le malheureux développe une drôle de maladie : un olivier lui pousse dans l'oreille. Cette fable hilarante est menée avec brio par Benny Barbash qui, l'air de rien, nous plonge dans les problématiques politiques actuelles de l'état d'Israël. A savourer sans modération. »

Karine Pourtaud




Little Big Bang
Librairie Vice-Versa
« Vous avez aimé My first Sony ? vous l’aviez aimé pour son ton si particulier, si plein de tendresse pour ce petit garçon et son magnétophone, vous allez adorer le père de famille et son noyau d’olive…. Traduit de l’hébreu, ce roman, en restant un roman entre humeur et drôlerie nous fait entrer, par la petite porte - ou plutôt par l’oreille - dans la société israélienne, avec ses soucis d’obésité, ses options politiques et ses héritages historiques. Petits et grands problèmes entre grande et petite(s) H(h)istoire(s). »




My First Sony
Librairie Vent d'Ouest
Le coup de cœur de Bertrand Le Sausse.




My First Sony
L'Arbre à Lettres Bastille
« Un enfant de dix ans enregistre sur son magnétophone tout ce qui se dit autour de lui et l’on découvre alors entre rires et larmes toute l’histoire du jeune État d’Israël. »

Gazette – sélection des librairies L’Arbre à Lettres, n° 7, été 2008




Little Big Bang
La Librairie du Tramway
« En trois mots, les bonnes raisons de lire ce livre : l'humour, la légèreté, l'engagement. »

Romain Vachoux




Little Big Bang
Librairie Cadet
« Un bon père de famille israélien en surpoids se décide à entamer un régime, sous les moqueries de sa femme et de sa mère. Tentant en vain les dernières méthodes à la mode, il se décide à aller voir une diététicienne de renom, qui lui conseille le "tout olive". Un soir, une olive se coince dans son œsophage, c'est alors que se produit un évènement extraordinaire : un olivier miniature commence à pousser à travers son oreille.
Provoquant l'hystérie de la famille et de ses femmes, l'olivier va se mettre à pousser, forçant notre père de famille à consulter les plus grands spécialistes israéliens qui refusent de se prononcer et l'abandonnent à son étrange sort. Il se tourne enfin vers un mystérieux médecin palestinien et entreprend le périple en famille dans les territoires pour rencontrer le vieux sage qui va beaucoup lui apprendre sur le mystérieux mal qui l'affecte.
Narré par le fils de la famille qui porte un regard amusé et retranscrit à merveille des comiques de situation, le roman n'en demeure pas moins d'actualité : de cette famille et cet évènement cocasse ressortent des réflexions profondes sur la société israélienne contemporaine. »

Cyril Dewavrin




Little Big Bang
La Librairie
Lu et conseillé par Dominique Minard.




Little Big Bang
Librairie L'Atelier
Lu et conseillé par Georges-Marc Habib.




My First Sony
L'Arbre à Lettres Denfert
« Un enfant de dix ans enregistre sur son magnétophone tout ce qui se dit autour de lui et l’on découvre alors entre rires et larmes toute l’histoire du jeune État d’Israël. »

Gazette – sélection des librairies L’Arbre à Lettres, n° 7, été 2008




Little Big Bang
Librairie L'Odyssée
« Little Big Bang est le nouveau roman de Benny Barbash, auteur israélien, publié par les éditions Zulma. Comme avec My First Sony, son précédent livre, on retrouve ce qui fait la particularité de cet auteur : la description de la société israélienne contemporaine vue par le prisme familial.
Avec Little Big Bang, il nous livre une fable féroce mais drôle en nous contant l’histoire d’un homme qui va s’apercevoir qu’un olivier lui pousse inexorablement dans l’oreille ! Malgré une femme stoïque et une famille qui en a connu d’autres, cette mésaventure arboricole ne passera pas inaperçue et notre pauvre héros va vite devenir un enjeu national, un symbole de paix qu’Israël et les Palestiniens vont tenter de s’accaparer, tout cela sous les yeux très observateurs de son propre fils.
A l’image d’une société israélienne déchirée mais qui tente de garder le cap alors que tout s’écroule autour d’elle, l’œuvre de Benny Barbash possède ce petit grain de folie, d’humour et de lucidité qui fait tout le charme des livres politiquement incorrects. »




Little Big Bang
Librairie Le Carnet à spirales
« Coup de cœur : un israélien décide de maigrir et pour cela entame divers régimes dont un le conduira vers une issue pour le moins désagréable pour lui mais désopilante pour nous. Avec un sens de l'humour très acéré et un talent de conteur indéniable, Benny Barbash, à partir d'une simple fable, nous dresse un portrait sans concession de la situation israélo-palestinienne. Un regard pertinent et légitime : une lecture obligatoire pour dédramatiser certaines situations et décontracter certains protagonistes. Finalement une fable universelle... »

Christèle Hamelin




Little Big Bang
Librairie du Boulevard
Little Big Bang fait partie de la sélection de la Librairie du Boulevard.




Little Big Bang
Librairie de Paris
Lu et conseillé par Isabelle Couriol.




Monsieur Sapiro
Le Furet du Nord - Arcueil
Le coup de cœur de Bénédicte Bonnouvrier.




My First Sony
La Petite Librairie
Le coup de cœur de Véronique.




Monsieur Sapiro
Librairie Ravy
Lu et conseillé par Christine de Kermadec.




Little Big Bang
Charlemagne - Hyères
Le coup de cœur de Camille Fenerol.




Little Big Bang
Librairie L'Armitière
Little Big Bang fait partie de la sélection « 365 livres » de la librairie.




Monsieur Sapiro
Librairie Liragif
Si vous cherchez un livre facile, rationnel, n'achetez surtout pas Monsieur Sapiro. Si, au contraire, vous êtes prêts à vous laisser mener par le bout du nez par l'auteur, alors ce roman est pour vous. Miki est assis dans le salon d'un grand hôtel de luxe quand la serveuse demande "Monsieur Sapiro", attendu à la réception pour un appel. Comme personne ne répond, Miki a soudain l'idée folle de devenir ce Monsieur Sapiro, qui, on l'apprendra plus tard est un faussaire renommé. Ce livre n'est qu'un jeu de miroir, de dédoublement. Il faut se laisser porter par les pensées de Miki. Marié à Liat, qui vient de sublir une ablation du sein, il sera l'amant de Liora quand il deviendra Monsieur Sapiro..Liat, Liora, une seule et même femme comme Miki et Monsieur Sapiro? Les dialogues se dédoublent, se réfléchissent et nous font réfléchir...Un livre époustouflant mais qui demande une grande disponibilité et peut être même, un gros brin de fantaisie.. Avons-nous finalement quitté l'hôtel entre le début et la fin du roman ??




My First Sony
Folies d'encre
Le coup de cœur de Claude Boyaval.




Monsieur Sapiro
Librairie L'Amandier
« C'est drôle, cynique et extrêmement brillant. »

Julie Bacques




Little Big Bang
Librairie du Foyer
« On se souvient de son superbe livre précédent, My first Sony, qui évoquait la société israélienne à travers la voix d'un enfant. Ici l'auteur nous entraîne dans une fable à mourir de rire dans le contexte politique épineux de la région.
La fabuleuse mésaventure d’un homme qui ne souffrait, à l’origine, que d’un surplus de poids. »




Little Big Bang
Librairie du Théâtre Zannini
« Z comme Zulma. Les éditions Zulma nous proposent, une fois encore, un petit livre plein de charme.
B comme Benny Barbash, un auteur israélien qui sait mêler avec brio la fantaisie et le sens de la réflexion.
B aussi comme Big Bang (Little), une histoire insolite : celle d'un homme qui voit, à la suite d'un régime loufoque à base d'olives, un arbre pousser dans son oreille. Et comme nous sommes dans la fable, la naissance de cet olivier aura des répercussions bien au-delà de sa propre famille.
Un petit livre très drôle, mâtiné de bon sens.
J'adore... »

Myriam Peyraud




Little Big Bang
Librairie Le Monde d'Arthur
« Un roman à mourir de rire.
Un père de famille israélien décide de faire un régime pour perdre quelques kilos qui lui valent de douces moqueries en famille...
Émouvant ! »




Monsieur Sapiro
Librairie - café Soif de lire
« Miki, la cinquantaine déprimée et médiocre, rêve de changer de vie : il n'est pas l'artiste qu'il rêvait d'être, il mange trop, sa femme n'a plus qu'un sein … Assis dans un luxueux hall d'hôtel, il va accepter un appel téléphonique destiné à un certain Monsieur Sapiro et usurper l'identité d'un faussaire en oeuvre d'art ! Enfin, il va changer de vie ! Entre le moment où une (jolie) employée de l'hôtel part à la recherche de Mr Sapiro jusqu'à la décision de prendre l'appel par Miki quelques 350 pages plus tard, Benny Barbash nous livre certainement l'attente téléphonique la plus longue de la littérature ! Mais ne vous y trompez pas, entretemps, le lecteur suit les méandres des 2 vies de Miki -l'ancienne et la nouvelle, la réelle et la fantasmée- qui se court-circuitent … Par jeux de miroirs et de reflets interposés, passé, présent et futur cohabitent et s'entremêlent dans un joyeux tintamarre et nous embarque dans un dédale d'interprétations jubilatoires ! De sa plume insolente et joyeuse, Benny Barbash nous livre -aussi- ses impressions sur le destin, l'art, l'amour.... »
Jennifer Le Morvan




Little Big Bang
Le Matoulu
Le coup de cœur de la librairie.




My First Sony
À livre ouvert
« Yotam, petit garçon d'une dizaine d'années, enregistre tout sur son magnétophone Sony pour retenir une trace des siens, de la vie qui passe et trouver sa propre place dans le monde. À travers lui, les autres personnages du roman prennent vie : ses parents, à l'histoire d'amour plutôt chaotique, Tsvi, le grand-père paternel qui dévoile son secret quelques semaines avant de mourir, ou encore Noé, rescapé de la Shoah. C'est en fait, sous la plume tourbillonnante de Barbash, toute la société israélienne qui défile : religieux et laïcs, partisans de gauche et de droite, rescapés et jeune génération. Un jeune talent à découvrir. »




Little Big Bang
Librairie Prado Paradis
Lu et conseillé par Dominique Paschal.




Little Big Bang
Librairie Kléber
« Tout commence par un régime.
Roy, père de famille israélien souhaite surveiller son ventre qui s'arrondit. Après avoir tenté plusieurs régimes absurdes, il opte pour une alimentation à base d'olives, méthode vivement recommandée par une nutritionniste mondialement reconnue. Toutes les variétés d'olives sont acceptées. Quel régal !!! Mais un jour, un noyau transitant par l'œsophage fait un arrêt prolongé dans son oreille. Et... germe... De petites branches pourvues de minuscules feuilles pointent bientôt hors du conduit. On s'alarme dans la famille de Roy, lorsqu'après un examen effectué par son scientifique de père, la seule personne susceptible de s'occuper de ce cas étrange est un médecin palestinien. Toute la famille sans exception se propose d'effectuer le voyage dans les territoires ennemis.
A première lecture Benny Barbash signe un roman bref, plein d'humour avec toute la caricature de la famille israélienne. En s'y attardant d'avantage on constate une vraie profondeur et une grande intelligence de l'auteur qui par le biais de l'olivier (arbre symbolisant la paix) va bien au-delà de la fiction. Ce corps étranger qui s'installe dans le corps de son héros et s'y accroche fermement n'est qu'une façon pour Benny Barbash de pointer le doigt sur ce qui se passe depuis des années dans son pays. Par cette fable il met l'accent sur un point qui lui tient à cœur, à savoir l'étranger que l'on devrait accepter aussi différent soit-il.

   Merci à vous les éditions Zulma pour ce texte qui m'a profondément fait rire et réfléchir. C'est tout simplement un bijou. Et j'invite tous les lecteurs à rire également en lisant son premier roman tout aussi subtil, My First Sony. »
Delphine




Monsieur Sapiro
Librairie Le Carnet à spirales
« Miki, cinquantenaire, dresse le bilan ordinaire de sa vie... ordinaire : publicitaire blasé, il rêvait d'être artiste, il n'est plus amoureux de sa femme depuis fort longtemps et il n'a surtout jamais eu le courage de bousculer l'ordre des choses. Alors quand dans un luxueux hôtel, la serveuse annonce que l'on demande M. Sapiro au téléphone. Après maintes (et truculentes) hésitations Miki devient M. Sapiro, éminent faussaire. Benny Barbash, par un habile jeu de miroirs et de digressions hilarantes, dissèque avec brio la double personnalité de vrai - faux M. Sapiro. Après avoir soutenu et conseillé Little Big Bang et My First Sonny, le Carnet à spirales a aimé le nouveau Benny Barbash ! »

Christèle Hamelin




Little Big Bang
Librairie Mollat
« L’auteur dont je souhaiterais vous entretenir aujourd’hui avait fait une entrée des plus tonitruantes sur la scène littéraire israélienne il y a une quinzaine d’années grâce à un roman intitulé My first Sony, que les éditions Zulma avaient eu la judicieuse idée de faire découvrir aux lecteurs français au moment du Salon du livre consacré à Israël. Il avait d’ailleurs remporté le Prix grand public à son issue. Peut-être vous en souvenez-vous, c’était il y a seulement trois ans…
Benny Barbash revient cette année pour notre plus grand plaisir avec un roman aussi délirant que le précédent dans lequel il donne une fois de plus la parole à un adolescent qui n’a ni la langue, ni les yeux dans sa poche. Mais pourquoi lui en voudrait-on de persister à recourir à cette astuce narrative si convenue quand on répète du matin au soir que la vérité sort de la bouche des enfants ?… C’est ainsi que Little Big Bang relate les tribulations d’une famille juive trigénérationnelle dont tous les membres sont rassemblés sous le même toit.
[...] Cette histoire pleine d’humour n’est évidemment pas à prendre au pied de la lettre. Oscillant entre naïveté et ironie, Little Big Bang se lit plutôt comme une fable qui nous plonge, l’air de rien, en plein cœur de l’histoire d’Israël. »

Fleur Aldebert




La vie en cinquante minutes
Librairie L'Embarcadère

« Bienvenue dans la tête bouillonnante de Zahava, habitante de Jérusalem et d’un monde interne étonnant… ! Voyant sa vie entière remise en question suite à la découverte d’un cheveu blond sur un habit de son mari, Zahava nous entraîne dans ses digressions hallucinantes, drôles, touchantes, le tout en cinquante minutes et 365 pages sur le divan d’un mauvais psychologue. Génial ! » Camille





Monsieur Sapiro
La Librairie du Tramway
« Alors qu'il prend un café dans le lobby d'un hôtel, un homme réfléchit à la possibilité de quitter son épouse et de refaire sa vie. Soudain, une serveuse fait son entrée et demande un certain Monsieur Sapiro pour lui transmettre un appel. L'homme contemple alors l'idée de se faire passer pour ce mystérieux Monsieur Sapiro... Benny Barbash réussit l'exploit d'écrire un roman dont l'intrigue occupe un laps de temps d'une incroyable brièveté sans que celui-ci tombe dans le contemplatif. Fiction dans la fiction, ce roman célèbre avant tout l'imagination. »




Little Big Bang
Librairie Tonnet
Dans la sélection Littérature de la librairie.




La vie en cinquante minutes
La Parenthèse
« Coup de coeur !
Pour s'évader de la morosité ambiante, rien de tel qu'un petit tour dans le nouveau roman de Benny Barbash La vie en cinquante minutes paru chez Zulma Éditions.
Où un simple cheveu blond repéré sur un vêtement de son mari déclenche chez Zahava la crise de jalousie la plus outrancière que vous ayez jamais lu ! Subtil et réjouissant ! »




Little Big Bang
Librairie Vaugeois
Little Big Bang fait partie de la sélection de la librairie Vaugeois.




Monsieur Sapiro
Librairie Le Roi Lire
Le coup de cœur de Catherine Véran.




My First Sony
Librairie Ombres Blanches
« En lisant ce roman, le lecteur découvre toute la société israélienne qui défile avec ses laïcs comme ses religieux, les partisans de deux pays et ceux qui ne le sont pas et enfin la génération de la guerre et celle dite de la "post-Shoah". »




Monsieur Sapiro
Librairie CoLibris
« Sur le rythme d’« associations d’idées incontrôlées », nous accompagnons un homme qui rêve, et de changement, et d’aventure… et qui peut-être profitera d’une occasion pour mettre son plan à exécution. »

Laura




Little Big Bang
Aux livres, etc.
Le coup de cœur de Laurent Béranger.




La vie en cinquante minutes
Librairie Le Carnet à spirales
« Aucun doute, Benny Barbash sait à merveille se mettre dans la peau de tout un chacun. Il est aussi bien un enfant qui enregistre tout sur son petit magnéto et retranscrit ainsi tous les problèmes familiaux et par là-même les maux d’Israël (My first Sony) ; ou un homme dont l’oreille devient le berceau d’une jeune pousse d’olivier (Little Big Bang) ; ou bien Monsieur Sapiro, publicitaire  qui rêve de changer le cours de sa vie ; ou enfin, dans cet excellent dernier roman, une femme cinquantenaire qui, découvrant un long cheveu blond entortillé dans la bretelle de maillot de corps de son mari, se lance jalousement et frénétiquement dans une chasse à la blonde. Mais est-ce vraiment une femme qu’elle cherche ? N’est-elle pas plutôt à la recherche d’une autre existence, cette vie qu’elle n’a pas pu, pas su, mener et dont elle fait entièrement porter l’échec à son époux ? Il nous rend Zahava (c’est le prénom de cette femme) tellement proche, tellement tangible,  ses interrogations, ses angoisses, sa fragilité sonnent tellement juste, que nous doutons avec elle, nous devenons, nous respirons Zahava. Oui pas de doute, Benny Barbash sait toujours aussi bien dérouler les vies ordinaires, familiales, conjugales, souvent alourdies par le poids de la religion, avec humour, sensibilité et lucidité. »




Monsieur Sapiro
Librairie du Rond Point
Lu et conseillé par Claudia de Bonis.




Monsieur Sapiro
Librairie Lettre et Merveilles
« C'est avec beaucoup d'esprit que Benny Barbash nous perd dans les méandres de l'âme humaine et surtout, c'est avec beaucoup de cynisme qu'il nous prouve à quel point l'homme peut-être misérable. Ainsi, il réussit à la perfection à déjouer tous les fils narratifs classiques et on se prend à espérer qu'il poursuivra dans ce style de roman si déroutant et passionnant à la fois ! »

Mélanie Le Loupp




My First Sony
Librairie Point Virgule
« My First Sony est un roman volubile, chaleureux, plein d’ironie et de désillusion, qui aborde une société complexe et paradoxale avec l’innocence d’un regard d’enfant. »




My First Sony
Librairie du Boulevard
« Sans jamais tomber dans les pièges nombreux que peut induire le choix d’un enfant comme narrateur, Benny Barbash nous livre un roman à la fois extrêmement léger et particulièrement grave qui nous parle de la famille, de l’histoire et de la politique à travers une écriture très vivante et toujours inventive. »




Monsieur Sapiro
Boby et Cie
Lu et conseillé par C. Couthenx.




Monsieur Sapiro
Librairie Hémisphères
« Les folles aventures du faux faussaire se déploient dans un jeu de miroir aux multiples facettes. »




Little Big Bang
Librairie Nouvelle
Lu et conseillé par Gwendoline Gaciarz.




Little Big Bang
Librairie Ombres Blanches
Lu et conseillé par Alienor Mauvignier.




My First Sony
Les Traversées
« Un enfant de dix ans enregistre sur son magnétophone tout ce qui se dit autour de lui et l’on découvre alors entre rires et larmes toute l’histoire du jeune État d’Israël. »

Gazette – sélection des librairies L’Arbre à Lettres, n° 7, été 2008




Monsieur Sapiro
Librairie Vent d'Ouest
Le coup de cœur de Bertrand Le Sausse.




Monsieur Sapiro
Librairie Page et Plume
Lu et conseillé par Aurélie Janssens.




La vie en cinquante minutes
La Passerelle
« Tout est parti d'un cheveu, un cheveu blond que Zahava, épouse modèle, trouve sur les vêtements de son mari. Elle parcourra la ville de Jérusalem pour répondre à ses questions délirantes et rencontrera des personnages hauts en couleur. On pénètre avec joie dans l’imagination débridée de cette femme rongée par la jalousie, que l’auteur agrémente d’une bonne dose d'humour. »




La vie en cinquante minutes
Librairie Le Monde d'Arthur
« Drôle, rocambolesque et parfois un brin farfelu : un régal !
Zahava découvre un cheveu blond entortillé autour du maillot de corps de Dov, son mari. Arrivent alors les soupçons, la jalousie, l'imagination, les élucubrations et les théories fantasques. S'agit-il d'une turque en burqua ou d'une italienne peroxydée un brin nymphomane ? Ce roman c'est l'histoire d'un cheveu qui bouleverse toute une vie ! À lire. » Émilie




La vie en cinquante minutes
Librairie Sauramps
« Comme le dit si bien la meilleure amie de Zahava, l'héroïne de La vie en cinquante minutes, difficile passée la cinquantaine, de faire encore envie sur le "marché de la chair". Mais plus dur encore, c'est de trouver un jour, emberlificoté autour d'un maillot de corps de son merveilleux et brillant avocat de mari, et ce après plus de vingt ans de mariage, un long cheveu blond qui n'a rien à faire là. Zahava s'emballe, Zahava éructe, défonce les tiroirs et les portes de placard, tourne en rond, fantasme sur le supposé harem tenu par son époux infidèle, Zahava se perd dans les méandres d'une jalousie sans fond et d'ailleurs, cette fameuse amie toute pimpante et bien gaie n'est-elle pas blonde, elle aussi, et ne s'est-elle pas rendue à Tel-Aviv en même temps que... aaah...
 
C'est la première partie du roman, qui tourne autour d'un motif de vaudeville à l'israélienne teinté de screwball-comedy made in Jérusalem. Où l'on retrouve quelque chose de l'ironie douce d'un Woody Allen se gaussant de la crise de la cinquantaine et en effet, la bonne bourgeoisie d'Israël n'est-elle pas la plus psychanalysée du monde avec ces grands flippés d'intellos complexés de Manhattan ? Mais on n'est ni chez Woody, et encore moins chez Labiche...
Benny Barbash explore d'abord à fond les soubresauts de la jalousie conjugale, mais on n'est pas chez Proust, ni chez Benjamin Constant non plus. Car ça pétille et ça gaze lorsque la pourtant très raisonnable Zahava s'emballe à propos de tout et de rien: tout lui est bon pour alimenter sa suspicion. Moments drolatiques où les délires de l'imagination de la femme jalouse se fondent dans la réalité-même, sans qu'on ne sache plus trop discerner l'imaginaire du vraisemblable. Et elle non plus...
Heureusement pour Zahava et pour nous, le roman ne se contente pas de s'amuser de la douleur et du délire de cette femme (prétendument) trompée. A grands renforts de personnages secondaires plus croquants les uns que les autres (un analyste antipathique qui ne peut pas blairer sa patiente, un ancien prétendant et écrivain reconnu au charisme déchu, un serrurier un rien curieux et mythomane, un mystérieux perceur de coffres arménien ainsi qu'un impayable détective privé un peu trop sentimental), Benny Barbash parvient à faire autre chose qu'une comédie sur l'infidélité conjugale.
 
Car les moments importants de cette douloureuse crise de conscience qui conduit Zahava à tout s'imaginer, jusqu'à l'impensable et à l'absurde, sont autant d'instants, pour elle, qui vont lui permettre d'aller visiter les zones jusque là occultées de son présent comme de son passé. Voilà sans doute pourquoi tous les jaloux et jalouses de la terre aiment à se morfondre et à se faire du mal à s'imaginer des choses abominables, et cruelles. Tour de force et moment de grâce de La vie en cinquante minutes, roman à la folle virtuosité et à la vivacité pétillante, cette crise conjugale va en effet déboucher sur une autre, beaucoup plus décisive. A cet égard, on peut dire ici sans rien dévoiler du fin mot de l'histoire, que les dernières pages sont absolument sublimes.
 
En somme, voici un bouquin que tous les jaloux du monde, hommes ou femmes, devraient s'empresser de lire car, et même si leurs soupçons se trouvent hélas avérés, l'important n'est pas là.
 
Mais on ne leur dira pas où, car eux seuls le savent, au plus profond d'eux-mêmes... »




La vie en cinquante minutes
Librairie Alinéa
« Un coup de coeur pour le dernier roman truculent de Benny Barbash, La Vie en cinquante minutes. Où comment un cheveu blond sur un maillot de corps peut tout... bousculer. Par un maître es-dramaturgie. »




My First Sony
Librairie Le Marque Page
« Secrets de famille, sexualité, amour, guerre.
Le monde raconté par un enfant qui voit tout, entend tout dans les moindres détails, drôles, cruels, dérisoires.
Pas de chapitres, la longue litanie de vies enchevêtrées et chaotiques.
De tout cela, Benny Barbash fait un récit très humain, passionnant, pénétrant mené sur un rythme à couper le souffle.
Une vraie réussite ! »

Hubert Trouiller




La vie en cinquante minutes
Le Rideau Rouge
« Parfois rocambolesque, parfois cruel, souvent très drôle, et toujours réjouissant, le nouveau roman de Benny Barbash confirme son talent de raconteur touchant, mine de rien, à des questions fortes familiales, sociales et politiques. »




Monsieur Sapiro
À livre ouvert
« Voler l'identité de quelqu'un qu'on appelle au téléphone dans un grand hôtel israélien, telle est l'idée folle qui traverse l'esprit d'un homme en mal d'aventures, Miki. Pour ce publicitaire, c'est l'occasion ou jamais de changer de vie. Et voici notre héros embarqué dans la peau d'un faussaire, amant vigoureux de la femme du riche amateur d'art mourant qui l'a engagé.Tous les fantasmes sont permis pendant ce temps d'hésitation, prend-il l'appel ou ne le prend-il pas, pour cet homme en mal de vivre, qui tourne en rond avec une femme qu'il n'aime plus mais n'ose pas quitter. Il y a une grande jubilation à lire ce livre en train de s'écrire, à suivre les méandres de la pensée de son héros, un homme ordinaire qui rêve d'exploits à sa mesure, ceux-ci tournant le plus souvent autour de la séduction et du sexe et puis, comme à l'accoutumée, Benny Barbash distille avec subtilité son ironie, voire son cynisme. A lire ! »

Karine Pourtaud




Monsieur Sapiro
Librairie de Paris
Dans la sélection littérature de la librairie de Paris à Saint-Étienne.




Little Big Bang
Librairie des Batignolles
Le coup de cœur de Julie Jacquier.




Little Big Bang
Librairie Mosaïque
« Fiction réjouissante où l’humour juif nous régale des moqueries familiales. Un israélien un peu enveloppé décide de maigrir à tout prix et suit successivement plusieurs régimes alimentaires. Le « tout-olive » lui sera fatal : il finit par avaler un noyau qui se coince dans son périgastre : un beau jour, une pousse d’olivier bourgeonne dans son oreille gauche…
Véritable big bang. »




Little Big Bang
Librairie Marianne Gladieux
Le coup de cœur de Marianne Gladieux.




Monsieur Sapiro
Les Buveurs d'Encre
« Miki fuit son existence lassante de publicitaire et son triste mariage. Il attend au bar d'un hôtel, et lorsqu'une jolie serveuse cherche Monsieur Sapiro, il songe à endosser cette nouvelle identité. Mais ce monsieur Sapiro est un faussaire d'art appelé à réaliser un faux de Johannes Gumpp pour un galériste marron, dont la charmante épouse ne laisse pas le faux faussaire indifférent. En lisant le roman de Benny Barbash, vous entrez dans un labyrinthe de miroirs : on suit une histoire puis on se retrouve au début, voire à l'envers ou même dans un reflet déformé. Et il est sans cesse question de doubles, de doublures, de copies, de répétitions... Il joue avec les fantasmes et les souvenirs de Miki, laissant le personnage de fiction s'inventer des fictions. Le jeu d'écriture est d'autant plus savoureux qu'il est drôle. Miki est certes un personnage amer, mais quel sens de la formule et quelle ironie! Un roman ludique et brillant. »

Juliette